lundi 8 octobre 2012

Une cyber-attaque sur Wall Street et les banques ferait avancer l'agenda mondialiste

Éradiquer un système à bout de souffle afin d'en rejeter la faute sur d'autres telle est la dernière idée des banksters et des mondialistes.


J'ai le sentiment étrange que les maniaques de l'élite se préparent à faire quelque chose de grand afin que tous leurs rêves sinistres puissent se réaliser en une seule fois. Nous savons qu'ils veulent la guerre avec l'Iran, le contrôle de l'Internet, et l'effondrement économique selon leurs propres termes. Donc, quel serait le seul acte qui pourrait accomplir tout cela?

Un événement peut amener tout cela : une cyber-attaque sous fausse bannière sur les institutions bancaires occidentales, qu'ils pourraient attribuer à l'Iran.

Ils seraient alors en mesure de blâmer cette attaque pour le crash économique au lieu des problèmes inhérents au système, tout en obtenant tous les motifs dont ils ont besoin pour imposer des contrôles draconiens sur l'internet tout en justifiant la guerre avec l'Iran. Ils feront ainsi d'une pierre trois coups.


Quelques éléments récents dans les nouvelles ont suscité cette ligne de pensée. Tout d'abord, le paradigme de la «guerre contre le terrorisme" s'effrite rapidement, car ils ne peuvent plus couvrir leur soutien à Al-Qaïda. Ils ont désespérément besoin d'une distraction de cette prise de conscience devant les masses qui commencent  humer le vent de la trahison. En outre, s'ils ne parviennent pas à obtenir un soutien pour évincer Assad en Syrie, il n'y a aucun espoir d'attaquer l'Iran de manière préventive, sans perdre irrémédiablement la confiance du public.

Ensuite, personne ne comprend la nécessité de la législation sur la sécurité cybernétique qu'ils ont essayé de faire adopter ces dernières années. Les législateurs savent qu'ils vont être crucifiés s'ils l'autorisent, par conséquent, elle continue d'être rejetée. Cherchant désespérément une raison de contrôler l'Internet, les Etats-Unis et Israël sont eux mêmes impliqués dans des cyber-attaques sophistiquées  au Moyen-Orient.

Ce fut d'abord Stuxnet, puis Duqu, plus récemment  Flame et Gauss entrèrent en scène. Chacun plus sophistiqué que le précédent, et péremptoirement réputés pour être des cyber-attaques commanditées par l'Etat avec les Etats-Unis et Israël comme les principaux coupables. La chose intéressante à propos de la cyber-attaque la plus récente, Gauss, c'est qu'il cible les banques.


Est ce que ce n'est pas encore assez clair ?

Finalement, l'économie va s'effondrer. Ce qui mathématiquement ne peut continuer ne va pas continuer. Pour le pouvoir en place il  s'agit de le faire s'effondrer selon leurs propres critères afin qu'ils puissent offrir leur solution. S'il s'effondre d'une manière mettant en cause les décisions qu'ils ont prises, ils ne seront pas considérés comme des sauveteurs crédibles. Ainsi, ils ont besoin d'une cause extérieure afin de porter le blâme de leur échec, ainsi ils pourront mener la phase de reconstruction.

Un cyber-attaque ciblant les grandes institutions bancaires américaines et Wall Street pourrait avoir des conséquences assez dévastatrices pour permettre aux contrôleurs de l'élite de remettre à zéro le système et entamer une étape de plus dans leur sinistre agenda.

Howard Beale
Activist Post
 

Traduction :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

1 commentaires:

JS Seb a dit…

De tout temps la réintroduction de l'ordre par le chaos à été la technique la plus utilisée par l'Élite de ce monde qui cherchait déjà à l'époque, à établir un seul gouvernement, le gouvernement mondial.
Maintenant nous y sommes presque!
Le Docteur Pierre Gilert à fait des conférences sur ces sujets qui englobent la problématique actuelle... Parmis celles qui sont très intéressantes:
-Le gouvernement mondial
-Ordo ab Chaos
-Le systeme bancaire
-La nazification et la destruction de l'Amérique
-Novus Ordo Seclorum ...

http://pleinsfeux.org/videos/pierre-gilbert/

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.