jeudi 6 décembre 2012

Les écrits xénophobes du judaïsme


Alors que nombre d'écrits du judaïsme comportent une dimension universaliste hautement respectueuse de l'étranger " N'humilie pas l'étranger, ni l'opprimé, car vous avez été étrangers en Égypte ! N'humilie jamais la veuve ni l'orphelin " (Exode, XXII, 20) ; " N'aie aucune pensée de haine pour ton frères Tu aimeras ton prochain, il est comme toi " .... " Tu aimeras l'étranger qui s'installe chez toi comme toi-même " (Lévitique XIX, 17-18 et 34) ; " Ma maison sera une maison de prière pour tous les peuples " (Isaïe VXI, 7), alors que le monothéisme intransigeant du judaïsme a puissamment contribué à promouvoir l'égalité entre les hommes tous créés à l'image de Dieu et à susciter la générosité qui a pu guider les pionniers du socialisme, les sionistes ont occulté délibérément ces données pour ne retenir que celles qui exaltent l'ethnocentrisme et où le non-Juif, qu'il soit étranger ou résidant en Israël, est toujours un gentil, un goy.



Découlant directement du mythe et de la loi raciale instituant le peuple juif comme un peuple différent des autres et séparant les hommes en Juifs et non-Juifs, bien des écrits émanant du judaïsme, notamment du Talmud, sont venus conforter les sionistes dans leur entreprise de retour en terre de Palestine et d'accaparement de cette terre au bénéfice des seuls Juifs....


" Tu n'auras pas d'autres dieux face à moi " dit Yahvé aux Hébreux (Ex XX, 3). Et à ce dieu exclusif s'adresseront les supplications et prières de son peuple : " Dieu ! si tu voulais massacrer l'infidèle ! Hommes sanguinaires, éloignez-vous de moi... Seigneur, comment ne pas haïr ceux qui te combattent ? Je les hais d'une haine parfaite, ils sont devenus mes propres ennemis (Ps 139, 19-22). " Par ta fidélité tu extermineras mes ennemis et tu feras périr tous mes adversaires, car je suis ton serviteur " (Psaume 143, 12).


Ainsi parle le Seigneur Dieu : " Aucun étranger, incirconcis de cœur et incirconcis de chair, n'entrera dans mon sanctuaire, aucun étranger qui demeure au milieu des fils d'Israël " (Ez. 44, 9).
Le Deutéronome précise le sort qu'il convient de réserver aux idolâtres : " Si ton frère, fils de ta mère, ou ton fils ou ta fille ou la femme que tu serres contre ton cœur, ou ton prochain qui est comme toi-même, vient en cachette te faire cette proposition : "Allons servir d'autres dieux" - ces dieux que ni toi ni ton père vous ne connaissez, parmi les dieux des peuples proches ou lointains qui vous entourent d'un bout à l'autre du pays - tu n'accepteras pas, tu ne l'écouteras pas, tu ne t'attendriras pas sur lui, tu n'auras pas pitié, tu ne le défendras pas ; au contraire, tu dois absolument le tuer. Ta main sera la première pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple suivra ; tu le lapideras, et il mourra pour avoir cherché à t'entraîner loin du Seigneur ton Dieu. " (Deut. 13, 7-11).


Yahvé n'est pas tendre pour les opposants à son peuple : " Je vais punir Amalec de ce qu'il a fait à Israël en s'opposant à lui quand il remontait d'Égypte. Va maintenant, tu battras Amalec et vous vouerez à l'anathème tout ce qui est à lui : tu n'auras pas pitié de lui et tu mettras à mort hommes et femmes, enfançons et nourrissons, bœufs et moutons, chameaux et ânes " (Samuel XV, 2-3).


Et puis, n'est-il pas écrit dans la Torah : " qu'Israël vivra en solitaire et ne se confondra pas avec les nations " (Nombres, 23, 94) ? N'est-il pas défendu à un Juif de boire du vin versé par un non-Juif ou d'épouser une non-Juive ? N'est-il pas dit que le Juif religieux doit, chaque matin, bénir Dieu de l'avoir créé Juif et non autre ? N'est-il pas écrit, dans la Halakha, qu'un Juif peut transgresser le Shabbat pour sauver la vie d'un autre Juif, mais non de celle d'un non-Juif ?
N'est-il pas prescrit au Juif pratiquant de prononcer chaque matin les paroles de la prière du Shaharit : " Béni soit l'Éternel qui ne m'a pas fait goy, Béni soit l'Éternel qui ne m'a pas fait femme. Béni soit l'Éternel qui ne m'a pas fait esclave " ?


N'étaient-ils pas dans leur droit ces Hébreux emmenés par Josué lorsque, comme le recommande la Torah, ils ont exterminé les populations de Canaan lors de la conquête de la Terre promise : " Vous chasserez devant vous tous les habitants du pays car c'est à vous que je le donne à titre de possession... Si vous ne dépossédez pas à votre profit tous les habitants, ceux que vous aurez épargnés seront comme des épines dans vos yeux et vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez " (Nombres, 35, 53-55)


Et dans le psaume 137, n'est-il pas prévu de " broyer sur le roc les bébés de Babylone " ?


Dans la Bible, on lit aussi : " Lorsque le Seigneur ton Dieu t'aura fait entrer dans le pays et qu'il aura chassé devant toi les nations nombreuses, tu les voueras totalement à l'interdit (Deut. VII, 1-2) " et tu les supprimeras. " (Deut. VII, 24).


" Qu'Israël se réjouisse en son Créateur, que les enfants de Zion se réjouissent en leur Roi [...] Qu'ils chantent pour la joie sur leurs couchettes ! Que les louanges élevées vers Dieu ne quittent pas leurs gorges et que les sabres à deux pointes ne quittent pas leurs mains, afin de faire descendre la vengeance dévastatrice sur les nations et le châtiment sur les peuples " (Psaume 149).


Le grand mystique juif Moshe Luzzatto (1706-1746) intégrera parfaitement ces données : " Dans le monde à venir, affirme-t-il sans ambages, aucune nation n'a de place à l'exception d'Israël ".


À ce propos, Schattner rapporte une donnée tout à fait caractéristique d'une certaine évolution de l'éthique juive. Alors que dans une version ancienne de la Mishna il est dit : " Qui a détruit une vie a détruit tout un monde et qui a sauvé une vie a sauvé tout un monde ", les versions imprimées ultérieurement sont devenues : " Qui a détruit une vie au sein d'Israël a détruit tout un monde et qui a sauvé une vie en Israël a sauvé tout un monde ". Le rabbin Ginburg de la yeshiva du tombeau de Joseph (près de Naplouse) vient confirmer cette donnée devenue banale dans les milieux religieux sionistes quand il affirme qu'" une vie juive vaut beaucoup plus qu'une vie non juive ".


Le " sol ", le " sang " et les écrits xénophobes, tels sont les trois piliers fondamentaux du sionisme. Mais ce sont aussi de riches ingrédients politiques. Puisés dans l'héritage religieux du judaïsme, sécularisés et habilement présentés, ils vont guider dans un ethnocentrisme exacerbé toute l'entreprise sioniste.


Si nous parlons du sionisme nous ne méconnaissons pas le fait que cette idéologie s'exprime sous des nuances très diverses. On a pu distinguer notamment :


- le sionisme politique - celui qui est lié à Theodor Herzl - et pour qui l'obtention des droits politiques était le préalable indispensable pour promouvoir un État en Palestine ;


- le sionisme religieux visant non seulement à obtenir la liberté politique des Juifs mais à restaurer la religion à la lumière de la Thora et de ses commandements. Aux deux piliers du sionisme que sont le sol et au sang, les religieux ajoutent Yahvé ;


- le sionisme socialiste qui se proposait d'opérer la fusion entre sionisme et socialisme. Il inspira de nombreux kibboutzim et suscita divers mouvements de jeunesse. - le sionisme pragmatique axé sur les moyens pratiques de réaliser les objectifs du sionisme : l'immigration (l'Aliya), le peuplement des zones rurales en priorité pour occuper le maximum de terrain et les institutions éducatives.


À noter que ces nuances permettent avant tout de prendre conscience de la formidable organisation dont les divers composants (socialistes, religieux, libéraux, fascistes, nationalistes...) peuvent diverger sur les moyens à mettre en œuvre mais sont tous tributaires du mythe de l'Alliance et de la loi fondant la judéité, avec comme objectif commun à la fois simple et précis : la conquête de la Palestine historique considérée comme terre éternelle du peuple juif.


André Gaillard, Le sionisme en Palestine-Israël.


André Gaillard est né en octobre 1922. Déporté politique pendant l'Occupation, il s'oriente ensuite vers la médecine. Professeur de Faculté, Médecin honoraire des hôpitaux, il a publié de nombreux articles médicaux et un ouvrage sur le Christianisme.

Lire en ligne Le sionisme en Palestine-Israël :
http://bouddhanar.blogspot.com/2012/12/le-sionisme-en-palestine-israel.html

4 commentaires:

trompetiste a dit…

Salut, salam, shalom

" Aucun étranger, incirconcis de cœur et incirconcis de chair, n'entrera dans mon sanctuaire, aucun étranger qui demeure au milieu des fils d'Israël " (Ez. 44, 9).

Les fils d'Israël ne sont pas l'image des fils du peuple dont tu parles mais dans la Bible Israël c'est Jacob qui change de nom lorsqu'il fait ce qui est agréable à Dieu. Tous ceux qui le suivent (de même que le Christ) forment une grande famille et sont appelés peuple d'Israël (peuple de Dieu).
Le problème des écritures c'est que beaucoup les ont lues à la lettre sans en comprendre le sens spirituel et du coup, les habitants du pays qui porte aujourd'hui ce nom se la pètent depuis longtemps.
Ces gens ne peuvent pas être 'élus' puisque l'élection ne se passe qu'au jour du jugement dernier lorsque Jésus vient rendre à chacun selon ses oeuvres (apporter le jugement et protéger les élus afin qu'ils puissent vivre tandis que les exclus seront jetés dans l'étang de feu).
Abram est devenu Abraham et Jacob est devenu Israël mais il n'est nullement question de ce pays dont le peuple est montré du doigt par Esaie quand il dit "ils prennent leur nom de la ville sainte, ils m'honorent de la bouche mais leur coeur est éloigné de moi"
Dieu protège ses élus et les gâte en toutes choses avant même qu'ils ne fassent de demande.
Ces gens n'ont jamais été protégés et Dieu sait pourquoi !

Certes les écritures lues comme n'importe quel livre entraînent des erreurs de compréhension et je prends ce passage que tu cites plus haut :

Et dans le psaume 137, n'est-il pas prévu de " broyer sur le roc les bébés de Babylone " ?
Oui évidemment c'est lourd comme ça mais en cherchant selon l'esprit du prophète qui a écrit, je pense que vraisemblablement Babylone image toutes les villes gouvernées par des hommes irréfléchis qui ont créé (mis au monde /enfanté) des machines diaboliques qui tuent, polluent et dénaturent ce que Dieu avait parfaitement créé. Voilà les bébé de Babylone.
Et quand je lis le verste 7 de ce psaume
'Éternel, souviens-toi des enfants d'Édom, Qui, dans la journée de Jérusalem, Disaient : Rasez, rasez Jusqu'à ses fondements ! '
J'entends que la journée de Jérusalem image le jour du jugement dernier pour toute la Terre et quil est préférable de raser toutes les bases qui ont permis d'en arriver à la situation catastrophique actuelle.
Dieu est juste et bon donc Dieu ne va pas traiter une ville différemment d'une autre puisque Dieu a dit qu'il n'y a aucun juste, pas même un seul.

Quand je lis le verset qui parle des étrangers, j'entends par là qu'il s'agit des hommes qui ne parlent pas la langue de Dieu c'est à dire qui ne respectent pas ses ordonnances car pour entrer dans le sanctuaire de Dieu ou 'nouvelle Jérusalem' montrée à la fin du livre d'apocalypse, il faut avoir été élu et donc blanchi de ses péchés par cette élection.
Personne n'ira ailleurs que sur terre donc le sanctuaire de Dieu est ici et pour bientôt

trompetiste a dit…



Donc voilà .... les livres écrits par les prophètes de Dieu ne sont pas à lire au sens de la lettre sans quoi il y mauvaise compréhension, mauvaises réactions et divisions mais Dieu a dit que - à la fin des temps - il enverra le Schilo, le consolateur, l'esprit de vérité et certainement que certains recevront alors le saint esprit de Dieu et pourront lire les écritures selon le même esprit que le prophète avait reçu pour les écrire.

Je termine avec un passage du NT qui exprime une des raisons pour lesquelles ce livre n'a pas été accepté par ceux qui se prétendent juifs, peuple juif peuple élu, nation Israël provoquant confusion avec Israël l'élu de Dieu
Rom 2 28 Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors ; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair.
29 Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement ; et la circoncision, c'est celle du coeur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.

Méfions nous de nos yeux et de nos oreilles lorsque nous lisons la parole de Dieu qui est voilée car c'est Jésus qui fait voir les aveugles et entendre les sourds . Ce prétendu peuple élu a toujours refusé la thèse catholique sur la présence de Jésus à l'époque de Jean et sur ce point, je les soutiens car c'est exactement ce que disent les écritures mais c'est un autre sujet et ce n'est pas la page pour débattre à ce propos. Malgré tout, c'est écrit noir sur blanc en différents versets et l'imposture sera révélée comme plein de choses sont révélées ces temps ci .

PS: pourquoi est ce que je dis que Israël (ex Jacob) est l'élu de Dieu ?
Parce que cet Israël est le début et la fin de la prophétie

Genèse 32:28 Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.

Apocalypse 5:5 Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

Je ne faisais que passer ...


Le citoyen engagé a dit…

Le saint esprit de Dieu est dans notre cœur à tous. Il suffit de l'écouter.

trompetiste a dit…

tant qu'il est dans ton coeur il n'est pas dans ton esprit.
Tant que dans ta tête l'esprit de Dieu n' a pas remplacé ton esprit d'homme, tu continueras a accepter les lois d'hommes mais le jour où ton esprit change, tout change en toi ! ta manière de voir les choses, de les comprendre et de les appliquer.
Si l'esprit de Dieu est dans ton coeur, tu as probablement envie de certains changements mais tu n'as pas les moyens d'y arriver parce que c'est uniquement par la puissance de l'esprit que TOUT est possible.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.