jeudi 6 décembre 2012

Un artiste suédois fait un tableau avec des cendres de corps de juifs tués par les nazis…

Diantre ! Après les abats jours et les savonnettes faits à partir de restes de déportés, jusqu'où ira la folie des hommes à l'encontre du peuple élu ?


Un artiste suédois est accusé d’avoir profané la dignité des victimes de la shoah pour avoir utilisé des cendres provenant du crématorium du camp de Majdanek pour peindre au moins un tableau.


Selon les informations publiées par The Telegraph, « l’artiste » Carl Michael von Hausswolff a volé des cendres dans le camp nazi dans le but de les mélanger à de l’eau et d’en faire de la peinture. Aujourd’hui, son oeuvre est exposée au musée suédois Lund.

Salomon Schulman, un éminent dirigeant de la communauté juive en Suède, qui a perdu de nombreux proches dans l’Holocauste, a condamné la peinture et l’a appelé « choquante ».

The Telegraph a rapporté que Shulman a écrit dans un journal local:«. Qui sait, peut-être un peu de cendre de ma famille se retrouve sur ce tableau. Toute ma famille y est passée. Mes oncles, mes parents, mes cousins. Son travail nécrophile me rend malade. »

Selon le Telegraph, « Carl Michael von Hausswolff a pris les cendres de Majdanek lors d’une visite en 1989. Il a expliqué que la cendre a probablement « les souvenirs des âmes des personnes. Personnes qui ont été torturés et tués par d’autres personnes – guerre la plus brutale du 20e siècle. »
Et malgré ce scandale, le propriétaire de la galerie, Martin Schroeder, a défendu la décision de présenter le travail: « Venez à la galerie et regardez par vous même ce travail pour voir s’il est controversé. »

Le camp de concentration et d’extermination de Majdanek a été mis en place par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale à la périphérie de Lublin, en Pologne. Le camp a commencé à fonctionner en Octobre 194 pour les prisonniers juifs qui venaient de la Tchécoslovaquie, d’Allemagne, de Hongrie, de France, de Belgique, de Grèce, des Pays-Bas et de Pologne (dont dix mille du ghetto de Varsovie). Une sorte de «Auschwitz 2″, qui pouvait accueillir 250 000 prisonniers.

Antoine Chatrier – JSSNews

1 commentaires:

thanatos a dit…

de la propagande pour remettre une couche sur le mythe des camps d'extermination.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.