samedi 23 février 2013

Astéroïdes : l’appel à une collaboration internationale s’amplifie

 En gros, rien n'a été fait pour prévenir des catastrophes comme celles de Chelyabinsk. Les mondialistes ont surement prévu de vivre dans des bunkers quand il pleuvra des météores à la pelle.


Au lendemain du double avertissement de vendredi concernant le danger potentiel des astéroïdes pour l’avenir de notre planète (le passage de l’astéroïde 2012 D14 à proximité de la Terre et l’explosion le même jour de la météorite de Chelyabinsk en Russie), plusieurs responsables politiques ont tiré la sonnette d’alarme et demandé à ce que se mette en place une collaboration internationale pour une Initiative de défense de la Terre.

Andrei Kokoshine, membre de l’Académie russe des sciences et doyen du département de politique internationale à l’Université d’Etat de Moscou, a déclaré à l’agence Iter-Tass samedi le 13 février que « nous avons déjà des gens qui ont été blessés en raison d’une chute de météorite » et averti que « si un corps céleste plus gros doit frapper la Terre, les effets seront dévastateurs, en particulier si cela arrive dans une grande ville. Dans certains cas, comme ont prévenu beaucoup de scientifiques, la chute d’un astéroïde provoquerait la fin de l’humanité ».

Kokoshine a été membre du U.S. and Canada Institute, et secrétaire du Conseil de défense de la fédération russe entre 1997 et 1999. Il est maintenant premier directeur-adjoint du Comité de la Douma sur la science et la haute technologie.

Kokoshine a insisté sur le fait que la menace des corps célestes doit devenir un sujet politique international, et a demandé qu’un effort concerté en ce sens soit lancé, impliquant les pays qui ont la technologie et la connaissance nécessaires pour faire face au problème. « De telles technologies existent en Russie, aux Etats-Unis, en Chine, dans l’Union européenne et dans une certaine mesure en Inde », a-t-il spécifié. Il faut des discussions tant bilatérales que multilatérales. « Il est grand temps de créer un centre international commun pour la surveillance et pouvant répondre aux menaces naturelles en provenance de l’espace. (…) Les Nations Unies peuvent créer un comité spécial au sein même de leur structure pour coordonner les efforts des membre du Conseil de sécurité et d’autres pays membres de l’ONU dans ce domaine. »
Réponse américaine

Aux Etat-Unis, qui se sont jusqu’à présent concentrés presque exclusivement sur la construction de boucliers antimissile controversés en Europe et en Asie, des politiques ont enfin montré le bout de leur nez pour mettre la question sur la table. C’est notamment le cas pour deux députés démocrates, Rush Holt du New Jersey et Donna Edwards du Maryland, qui ont publié un éditorial dans le Washington Post intitulé « Nous aurons été avertis ».

Holt est physicien et ancien assistant-directeur du Laboratoire de physique des plasmas à l’Université de Princeton, et Edwards est la représentante démocrate auprès du Comité de la Chambre pour les questions spatiales.

Après avoir expliqué comment les événements de vendredi « illustrent à quel point il est crucial pour les nations d’identifier rapidement ce qui tombe du ciel et de déterminer la nature du danger », ils appellent à un accroissement du budget pour la détection des objets géocroiseurs, et affirment que « Washington devrait faire plus pour établir un système international pouvant fournir, sur une base quasi instantanée, une information crédible à tous les pays ».

A part les dangers directement associés à une collision, il font remarquer que l’explosion de météorite comme celle de Chelyabinsk vendredi pourrait être confondue avec une attaque nucléaire et provoquer une réaction excessive. « Les dommages pouvant arriver si un pays venait à mal identifier une explosion de météorite et lancer une contre-attaque donnent froid dans le dos », écrivent-ils.

L’ancien astronaute de la NASA Mark Kelly soulignait lors d’une interview à l’émission Meet the Press que l’espace est un endroit peuplé, contrairement à ce que l’on pourrait penser, et que ce genre d’objet entre dans l’atmosphère tout le temps. « Lorsque vous êtes à bord de la Station spatiale internationale, c’est déconcertant car ils passent tout près de vous. Avec autant de roches entrant dans l’atmosphère terrestre, il y a certainement un risque », a-t-il affirmé.

Les préoccupation russes ont été relayées par le Los Angeles Times. Son correspondant à Moscou, Sergei Loiko, a interviewé Vladimir Lipounov, directeur du Laboratoire de surveillance spatiale de l’Université d’Etat de Moscou. Lipounov a déclaré qu’il « est temps que la Russie investisse sérieusement, non seulement dans la construction d’un système de surveillance mais également de défense, capable de détruire ces objets qui nous tombent du ciel ».

Le premier Ministre adjoint Dimitri Rogozine avait déjà fait remarquer que « ni les Etats-Unis ni la Russie ne disposent des moyens technologiques permettant de détruire les objets en provenance de l’espace », et qu’il allait « soumettre dès lundi au premier Ministre [Medvedev] un rapport objectif sur ce qu’il s’est passé dans l’Oural, ainsi que des propositions sur la possibilité de prévoir les dangers et d’y faire face ».

La suite :
http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/asteroides-l-appel-a-la-collaboration.html

11 commentaires:

Woodhey Dyolf a dit…

Non, sans déconner.. . quand bien même s’ils avaient la technologie nécessaire, rien n’empêcherait que l’on se prenne une cohorte de météores si elle se pointait, ils croyaient quoi.. que terrés dans leurs bunkers ils seraient à l’abri ?, la Terre (volcans, séismes etc..) quand ça se produit c’est déjà puissant et tu ne peux rien y faire, mais ça reste « à domicile » si je puis dire, là- haut c’est tout autre chose et ça n’a plus du tout le même rapport, ce qui vient du cosmos c’est « out off the line » c’est à dire que ça dépasse ce que l’on mesure içi bas, n’importe quel événèment possédant un potentiel suffisant est capable du pire désastre sur cette planète, là ou on crèche, malheureusement « ils » (pouvoir, élites..) peuvent bien prendre les gens pour des cons, plus ça ira, plus les gens vont comprendre qu’à « l’extérieur » là en dehors de notre « cocon » ça remue et ça n’est plus aussi calme que cela y paraissait , et le fait est que plus ça va aller moins ça va le faire comme on dit, ça monte crescendo, mais ça monte, on va vers des moments plus que houleux, il ne faudra pas s’étonner de voir s’éclipser en douce nos fameuses élites pétochardes, elles peuvent bien se planquer, ça ne changera rien à ce qui devra se passer, comme dit Dieudonné « Au dessus c’est le soleil... » .

Maxime Lauvray a dit…

@Woodhey
En gros,ils tentent la quenelle de 175...;)

naya kwa lala a dit…

Ils vont nous sortir la raquette géante a astéroïde, t’inquiète :)

Skeptikos Evlavis a dit…

Les 2 députés n'ont pas tort. Imaginez qu'un astéroïde explose à basse altitude au dessus de la Corée du Nord, et que leurs militaires dingos croient que c'était un missile venant de Corée du Sud ou des Etats-Unis ... Aie aie gros bobos en vue !

Maintenant, un gros astéroïde très dangereux genre Apophis (325 m de diamètre), si on détecte une trajectoire de collision avec la Terre bien longtemps à l'avance (genre plus d'un an) pourrait théoriquement être dévié, par exemple en envoyant une sonde avec un propulseur pour pousser légèrement le caillou et changer sa trajectoire.
Mais il y a deux hic : 1- Comme le dit M. Kokoshine, rien de ce genre n'est encore prêt ni même prévu par les grandes puissances (et là les américains ont une grande responsabilité car ils auraient pû mettre en route un projet depuis bien longtemps, vu tout l'argent qu'ils dépensent pour l'armement). 2- Comme dit Woodhey Dyolf, si c'est des dizaines ou des centaines d'astéroïdes qui approchent, on sera cuits.

Guy Fawkes a dit…

Alors là, ça me fait rire jaune. Les américains ont dépensé des milliards de dollars dans des projets tordus et dangereux genre voyage dans le temps (si si le philadelphia experiment, projet Montauk, ce n'est pas un film, ça a réellement existé), mais alors pour nous pondre un truc qui puisse aider les humains à se protéger de ce qui nous tombe sur la gueule, ça ne les intéressent pas, ils ont mieux à faire. Ah mais c'est vrai, ils ont déjà épuisés tout leur pognon dans leur boomkers géants.

Tiens en parlant de boomkers. Est-ce que c'est vrai cette histoire de "White dragons society" (la société des dragons blanc") qui aurait fait exploser des boomkers ricains en 2011 et 2012? Il s'agirait d'une sorte de coalition internationale anti NOM dont Benjamin Fulford en serait le porte parole. Vous êtes au courant?Quel crédit accorder à ce type?
Il semblerait que cela soit les raisons de plusieurs tremblements de terre perçu aux US qui d'après des experts avaient davantage les caractéristiques d'explosions nucléaires souterraines.

Raf a dit…

Hypothèse, à défaut d'invasion E.T et donc de terrorisme exo-planétaire, une invasion de météores forcerait les peuples à s'unir afin de combattre cette menace tout en facilitant la cristallisation du N.O.M..
Dans l'optique du projet blue beam je pense qu'il est plus facile de simuler un gros météorite qu'une grosse soucoupe volante.

Guy Fawkes a dit…

Bonne remarque. D'ailleurs, lors de la conférence disclosure Project, un des participants à évoquer la même théorie, c'est à dire: d'abord faire peur aux gens avec la Russie, puis avec le terrorisme, puis les pays considérés dangereux (genre Iran, Corée du Nord -> on est là et exactement dans cet ordre), puis viendront les astéroïdes et pour finir la dernière carte serait la menace extraterrestre. Le but caché est la militarisation de l'espace et la coalition chaque fois plus forte des peuples pour le NOM:

http://www.youtube.com/watch?v=--aigbbwCNs

Zangao a dit…

Des objets en migrations dans l'espace, il y en a des centaines de milliers..... jusqu'a présent a l'approche de la terre ils étaient déviés par le bouclier magnétiques de la planête, seuls ceux ayant une trajectoire adéquate passaient au travers. Mais depuis quelques temps, l'intensité du bouclier diminue, ce qui rends la passage plus facile aux gros caillous........ et je ne pense pas que ce soit la semaine prochaine ou le phénomème va s'inverser. Oui, le ciel nous tombe sur la tête !

Skeptikos Evlavis a dit…

Zangao, si je peux me permettre, le bouclier magnétique terrestre nous protège du vent solaire, et ne dévie pas les astéroïdes. C'est notre atmosphère qui nous protège des astéroïdes, en les faisant chauffer et exploser avant qu'ils n'impactent le sol. Comme en Russie où le météore a explosé entre (suivant les versions) 50 et 5 km d'altitude.

naya kwa lala a dit…

C'est un peu de tout sa, l’atmosphère pulvérise les météore au contact de la friction de l'air de l’atmosphère,mais avant il faut passer la bulle magnétique(comme rentré un grain de sable dans une bulle de savon)mais si la magnétosphère diminue, la bulle rétrécit d'ou peut être la vision de certain sur les nuages plus bas qu'a la normale et que les cailloux mettent du temps a se désagréger, certaine éruption lourde en proton passe aussi le bouclier mais j'ai aucune info sur la shématique du proton sur le bouclier, il faut savoir aussi que la magnétosphére de la terre vas aussi loin que pluton , difficile d'imaginer comment rebondit les choses sur un truc aussi vaste.

Skeptikos Evlavis a dit…

Euh, c'est le vent solaire du soleil qui s'étend au-delà de Pluton. Il repousse les rayons venant de l'espace interstellaire loin du système solaire.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.