lundi 11 mars 2013

Les âges du monde selon les traditions antiques

Est ce le fait du hasard si diverses traditions antiques racontent des cataclysmes similaires ?

Le déluge de Décalion
L'idée que les différents âges ont été interrompus par de grands bouleversements naturels est répandue à travers le monde entier. Le nombre de ces âges varie avec les peuples et avec les traditions. Les variations proviennent du nombre de catastrophes que chaque peuple particulier se remémorait, ou de la façon dont il calculait la fin d'une période.

Ainsi les annales de l'antique Etrurie, d'après Varron, font mention de sept grands âges écoulés. Censorinus, auteur du IIIe siècle de notre ère et compilateur de Varron, a écrit : « Les hommes croyaient à l'apparition de différents prodiges, par lesquels les dieux leur faisaient connaître la fin de chaque âge. Les Etrusques étaient versés dans la science des étoiles, et après avoir observé les prodiges avec attention, ils consignaient leurs observations dans leurs livres »

L'histoire de la Grèce révèle de semblables traditions. Censorinus a écrit : « Il y a une période, qu'Aristote appelait la suprême année, à la fin de laquelle le soleil, la lune et toutes les planètes reprennent leur position primitive. Cette « suprême année » a un grand hiver, appelé par les Grecs kataklysmos, ce qui signifie déluge, et un grand été appelé ekpyrosis, ou combustion du monde. Ce monde, en vérité, semble être successivement inondé et brûlé au cours de ces deux époques. »


Anaximène et Anaximandre, au VIe siècle avant J.-C., et Diogène d'Apollonia, au Ve siècle, imaginaient la destruction du monde que suivait une nouvelle création. Héraclite (540-475 av. J.-C.) enseignait que le monde est détruit par le feu au bout de chaque période de 10.800 ans. Aristarque de Samos, au IIIe siècle avant notre ère, enseignait qu'en une période de 2484 années, la terre subit deux destructions, l'une par la chaleur, l'autre par le déluge. Les stoïciens croyaient communément que des embrasements périodiques consumaient le monde, qui retrouvait ensuite une forme nouvelle. Ceci est dû aux forces d'un feu éternellement actif qui existe dans les choses, et qui au bout de longs cycles réduit tout à sa forme primitive, et d'où prend naissance un monde neuf. » Ainsi Philon présentait-il l'idée des stoïciens d'une sorte de refonte du monde grâce à des embrasements périodiques. Dans un de ces cataclysmes le monde trouvera sa destruction finale; en se heurtant à un autre monde, il s'éparpillera en atomes, d'où sera créée, à la suite d'un long processus, une nouvelle terre, quelque part dans l'univers.

« Démocrite et Epicure, expliquait Philon, postulent qu'il existe beaucoup de mondes, dont ils attribuent l'origine à des collisions mutuelles et à des agglomérations d'atomes; quant à leur destruction elle serait l'effet du contre-coup et des collisions des mondes ainsi formés. » Dans sa marche vers sa destruction finale, notre terre subit des cataclysmes cosmiques périodiques, et elle se recrée, avec tout ce qui vit sur elle.

Hésiode, un des premiers auteurs grecs, a parlé de quatre âges, et de quatre générations d'hommes, qui furent détruits par le courroux des dieux planétaires. Le troisième âge fut l'âge du bronze. Quand il fut détruit par Zeus, une nouvelle génération d'hommes repeupla la terre. Ils employèrent le bronze pour fabriquer des armes et des instruments, et de plus commencèrent d'utiliser le fer. Les héros de la guerre de Troie appartenaient à la quatrième génération. Alors une nouvelle destruction fut décrétée, et après cela vint « une autre génération, la cinquième, celle des hommes qui habitent cette terre généreuse », la génération de l'âge du fer.

Dans un autre ouvrage, Hésiode décrit la fin d'un âge : « La terres génératrice de vie était embrasée et craquait de toutes parts, le sol bouillonnait, et les flots de l'océan... On eût dit en vérité que la terre et le vaste ciel au-dessus d'elle se heurtaient, car pareils craquements gigantesques auraient retenti si la terre s'était ruée à sa destruction, et si le ciel d'en haut l'avait précipitée dans l'abîme. »
Cette tradition de quatre âges achevés se retrouve sur les bords de la mer du Bengale, et sur les plateaux du Thibet, l'âge actuel étant le cinquième.

Le livre sacré hindou Bhagavata Pourana nous parle de quatre époques, et de pralayas, ou cataclysmes dans lesquels, à différentes époques, l'humanité a été presque entièrement détruite; le cinquième âge est l'âge actuel. Les âges du monde sont appelés Kalpas ou Yugas. Chaque âge a été détruit par le feu, l'inondation ou le cyclone. L'Ezour Vedam et le Bhaga Vedam,.livres sacrés hindous, conservent cette notion de quatre âges achevés, l'unique différence étant le nombre d'années attribué à chacun d'eux 6. Au chapitre « Cycles du monde », du Visuddhi-Magga, il est dit qu'il y a trois destructions : la destruction par l'eau; la destruction par le feu, la destruction par le vent »; mais qu'il y a sept âges, chacun d'eux étant séparé du précédent par un cataclysme universel.

Des allusions aux âges et aux cataclysmes se retrouvent dans l'Avesta (Zend-Avesta), les écrits sacrés du mazdaïsme, religion primitive des Perses. « Bahman Yast », l'un des livres de l'Avesta, compte sept âges du monde ou millénaires. Zarathoustra (Zoroastre), prophète du mazdaïsme, parle des « Signes, merveilles et confusions qui se manifestent dans le monde à la fin de chaque millénaire.»

Les Chinois appellent les âges révolus kis, et comptent 10 kis du commencement du monde à Confucius. Dans l'antique encyclopédie chinoise, Sing-li-ta-tsiuena-chou, on discute de convulsions générales de la terre. Par suite de la périodicité de ces convulsions, la période comprise entre deux catastrophes est considérée comme une « grande année ». De la même façon qu'au cours d'une année, le mécanisme cosmique se remonte au cours d'un âge du monde, et « dans une convulsion générale de la nature, la mer est arrachée à son lit, les montagnes surgissent du sol, les rivières changent leur cours, les êtres humains et toutes les choses sont détruits, et les anciens vestiges effacés ».

Une vieille et très persistante tradition, qui a trait aux âges du monde précipités dans des catastrophes cosmiques a été retrouvée dans les deux Amériques, parmi les Incas, les
Aztèques et les Mayas . Une grande partie des inscriptions de pierre découvertes chez les Yucatèques évoquent de pareils cataclysmes. « Les plus anciens de ces fragments (Katuns, ou calendriers sur pierre du Yucatan) font de fréquentes allusions à de grands cataclysmes qui, à plusieurs reprises, bouleversèrent le continent américain, et dont tous les peuples de ce continent ont gardé un souvenir plus ou moins distinct 15. » Les codici mexicains et les auteurs indiens qui composèrent les annales de ces peuples accordent une place prépondérante à cette tradition des cataclysmes qui décimèrent l'humanité et changèrent la face du monde.

Dans les chroniques du royaume mexicain il est dit : « les anciens savaient que, avant que le ciel et la terre actuels fussent formés, l'homme était déjà créé, et la vie s'était manifestée quatre fois ».
La tradition de créations et de cataclysmes successifs se retrouve dans le Pacifique, à Hawaï et dans les îles de Polynésie : il y avait neuf âges, et à chaque âge un ciel différent était au-dessus de la terre. Les Islandais aussi croyaient que neuf mondes furent engloutis au cours d'âges successifs, tradition qui est contenue dans l'Edda.

La conception rabbinique des âges se cristallisa au cours de la période postérieure à l'Exil. Avant même la naissance de notre terre, des mondes avaient été créés à seule fin d'être ultérieurement anéantis. « Il fit plusieurs mondes avant le nôtre, mais Il les détruisit tous. » Cette terre, de même, ne fut pas créée au commencement pour s'intégrer harmonieusement dans le Plan Divin. Elle fut refaite à six reprises consécutives. Des conditions nouvelles apparurent après chacun de ces cataclysmes. Sur la quatrième terre vécut la génération de la Tour de Babel; nous appartenons au septième âge. Chacun des âges, ou chacune des « terres » porte un nom.

Sept cieux et sept terres furent créés. Le plus éloigné, le septième, Eretz ; le sixième, Adamah ; le cinquième, Arka ; le quatrième, Harabah ; le troisième, Yabbashah ; le deuxième, Tevel, enfin « notre terre à nous appelée Heled ; comme les autres, elle est séparée de la précédente par des abîmes, le chaos et l'eau 20 ».
De grands cataclysmes changèrent la face de la terre; « quelques-uns périrent par le déluge, d'autres furent consumés par le feu », écrit le philosophe juif Philon.

Selon le rabbin Rashi, l'ancienne tradition signale des effondrements périodiques du firmament; l'un d'eux eut lieu aux jours du Déluge, et ils se répétèrent à des intervalles de 1656 années. La durée des ges du monde est différente selon les traditions arméniennes et les traditions arabes.

Immanuel Velilcovsky - Mondes en collision

21 commentaires:

Maxime Lauvray a dit…

@Rorschach
H.S:T'as vu comment ça tremble sur la Cote Ouest US ?Aujourd'hui y en a un toutes les 5min depuis quelques temps là

naya kwa lala a dit…

omg http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h99Tq_X_cIyyWlxzLnmeE_c1Oh8Q?docId=CNG.eec7b670e6a19f683c626aadfbf5ca39.321

Rorschach a dit…

@ Maxime Lauvray

Je surveille ça, en plus il y a quelques jours il y a eu un dégagement de méthane. Et la magnétométre est en train de s'emballer.

ezekiel a dit…

http://www.haarp.alaska.edu/cgi-bin/scmag/disp-scmag.cgi?date=latest&Bx=on

fréquence 2.5 , celle des tremblements de terre .

kris guigui a dit…

je suis peut etre H.S, mais ça pourrait interesser Rorschach:
http://conspiration.ca/ufo/confessions_agent_secret_du_vatican.html

hopopop a dit…

Quel type de fin fin de cycle notre monde actuel va-t-il subir ? Telle est la question ...

naya kwa lala a dit…

la fin de la 3d

hopopop a dit…

Niquel naya mes lunettes 3D commençaient a fatiguer ;) donc passage a la 4D mais je pense qu'il n'y aura pas de "lunettes" pour tout le monde lol

Samy Torreto a dit…

On le savais deja c'est loin d'etre une surprise.. =)

naya kwa lala a dit…

tu m’étonnes les sumériens disaient la même

Cowa a dit…

L'amplitude des pics cataclysmiques à venir est sujet à caution. Ceux retranscrits par Velikovsky et les tradition orales sont assez colossaux. Il n'est pas resté grand chose des âges barbares qui ont suivi.

Si on se base sur une inspiration à la Nostradamus, il y aurait des catastrophes ponctuelles et localisées, de manière progressive au milieu de mouvements humains en guerre. Les lieux relativement préservés seraient le théâtre de conflits, puis l'humanité trouverait la juste voie. Je ne crois pas à une sinistrose persistante, façon "La route" de John Hillcoat. Les menaces volcaniques et nucléaires sont réelles, mais je ne vois pas un monde longtemps obscur. Reste le problèmes des centrales. Quand on voit le seul résultat d'un tsunami à Fukushima, c'est assez déprimant...

Faîtes taire la peur ou/et l'excitation, et écoutez au fond de vous. Il y réside la source du courage et de l'espérance. Comme les bêtes ressentent les périls à venir, nous avons cette sensibilité en nous. Mon cœur est serein, mais mon esprit est révolté. Une oppression sociale resserre son étreinte. La situation est inconfortable et nous souhaitons nous en défaire d'une manière ou d'une autre. Nous sommes alités dans un hôpital socio-économique à tirer sur les liens qui nous retiennent, à avaler notre poison quotidien. On trépigne à l'idée qu'il s'effondre et on guette le moindre tremblement des fondations.

Chaque chose viendra en son temps. La vie nous prend souvent par surprise. Il faut juste rester vigilant et ne pas attendre béatement que le ciel nous tombe sur la tête. Chacun aura accès aux signes du changement en temps et en heures, selon sa région et l'incidence dans sa vie. L'avertissement ultime viendra du cœur.

woopiday a dit…

je vois beaucoup d'article qui parle d'un mois de mars très mouvementé et je suis tombé sur cette article en anglais (je sais pas trop ce que ça vaut ). si j'ai bien compris une personne sous hypnose en 2012 je crois raconte ce qu'il se passe en mars 2013. http://americankabuki.blogspot.com.au/2013/03/the-next-great-event-in-awakening.html
@ cowa : je suis dans le même état d'esprit, il faudra serrer les fesses un temps mais pas trop longtemps j'espere:)

Wisdoom a dit…

Ave Cowa! ceux qui vont mourir te salue!

Rorschach a dit…

@ woopiday

Je vais lire ça mais en principe l'hypnose est une pratique sataniste.

woopiday a dit…

Que nous reste t'il de "pas sataniste" sur cette planète?...ce que je ressens de plus en plus , c'est qu'il va falloir se serrer les coudes dans un futur très proche. La planète bouillonne...il va falloir tout nettoyer nos conneries...le grand ménage commence !

Wisdoom a dit…

C du propre!! Danièle et Béatrice à la rescousse!!

Javeldire à tout lmonde!

dvd a dit…

Bonjour,dans un livre que personne ne mentionne dans ce blog,j'ai compté pas moins de 9 civilisations détruites par Dieu.Et il ajoute s'adressant à son prophète:"il y en a certaines dont je t'ai parlé et d'autres dont je ne t'ai rien dit"(approximativement).Il semblerait donc que les hommes soient sur terre depuis plus longtemps qu'on veut bien nous le faire croire.

Cowa a dit…

@ Wisdoom

Provoc ou ironie ? Cataclysmes et guerres nous ramènent à une idée de mort violente, mais comme beaucoup j'y vois une opportunité. En bien comme en mal, chez les utopistes new age ou les satanistes, la redistribution des cartes est une opportunité.

Actuellement, ce sont les morts silencieuses qui se glissent dans nos foyers : cancers, Parkinson, Alzheimer... pour les plus répandues. Sans parler du conditionnement de la société en un esclavage "savant" et consenti.

Il n'y a sans doute pas d'immédiateté dans les changements à venir, mais les choses évoluent rapidement. Regardez comme la carte géo-économico-politique s'est changée en une petite décennie. Il y a 7 ans on me parlait des chinois qui armaient des rebelles au Soudan et s'installaient en Afrique. J'en revenais pas, puis les infos se sont mis doucement à en parler. Ensuite voici les révolutions arabes, les signes tangibles du changement planétaire, l'institution européenne qui dévoile son vrai visage, etc. Ils en ont plus rien à battre de nous afficher la grande supercherie. Hollande cherche à peine à sauver la face. La Grèce est en faillite depuis plusieurs années et son agonie ne fait que commencer. L'Espagne, le Portugal, les dominos astucieusement agencés tombent les uns après les autres. La France après l'Italie, on a encore une marge... Les jeux sont faits, rien ne va plus.

Combien de temps la roue va tourner ? Plusieurs années ? Peut-être. On aura beau avoir des grands tremblements de terre, une guerre à la télé, ou un astéroïde sur Aurillac, on s'accrochera jusqu'au bout à notre zone de sécurité domestique. Que font les Grecs ? Ils font le dos rond, ils grognent et cassent un peu dans les rues, allument leurs cheminées et fouillent les poubelles. L'agonie humiliante d'une grande civilisation, aussi digne et vibrante qu'un patron du cac40 réduit à la mendicité dans une impasse puante. La solidarité des démunis ne suffit pas quand on a rien, on est tous sur le même radeau à prier les cieux d'un soupçon de miséricorde.

La mondialisation des commerces et les libres marchés ont supprimé l'autonomie des nations. Il y a nécessité de créer des économies nationales isolées du marasme systémique. Le plan de secours du "Tous à la campagne pour planter des choux et faire du troc", je n'appelle pas ça du progrès. Il y a besoin d'un retour à la terre et à l'humain, mais pas dans une fuite en avant.

Une France rachitique armée de bêches et de râteaux n'aura aucun poids dans l'échiquier mondial. On retire nos pions et on nous livre aux puissances étrangères, aux héritiers de l'Empire romain. Je ne crois pas qu'on demande leurs avis aux gentilles peuplades indigènes quand on confisque leurs terres et qu'on les pousse à la grande mixité urbaine.

Si aucune volonté ne parvient à rallier ce qui nous reste de meilleur, à susciter une vision commune d'épanouissement social, on disparaîtra, livrés à notre cancer ou sous la botte d'une autorité bienveillante. Avec un peu de chance, l'un d'entre nous n'aura pas à se poser ce genre de question quand l'astéroïde d'Aurillac le frappera de plein fouet. Mais pourquoi Aurillac, et que serait-on y faire ? Voilà une vraie question.

Wisdoom a dit…

@Cowa, non ce n'était pas de l'ironie. Si tu a l'occasion de lire mes posts dans les différent articles du blog tu verras que je suis totalement d'accord avec toi même si je n'avai pas exprimer ces nuances (raisons de plus!!).
Du coup ça t'as fait réagir, ce qui nous vaux encore un très beau post ^^

Après je crois que le progrès est cyclique et qu'en faite d'un point de vue matériel, il ne faut pas juger négativement le fait de revenir au moyen âge. Nous ne serons pas la première civilisation à repartir de zéro. L'important, le but de cette "fin" est de donner l'occasion, encore et encore, le choix à des milliards d'être humains de se trancender et d'évoluer spirituellement.
Pour moi, un alcoolique qui arrête de boire évolue plus qu'un homme qui n'a jamais bu. Après, l'homme qui n'a jamais bu a peut être déjà traversé cette épreuve dans une vie antérieure.. en tout cas, j'ai la conviction que pour chacun se dressera devant lui la ou les épreuve qui lui incombe..un peu comme si avant "le jugement dernier" on nous redonne un condensé d'occasions pour montrer que l'on n'a appris la leçon que l'on était venu apprendre..ou plutôt comprendre car il n y a que par le coeur que l'expérience imprime l'âme..

Cowa a dit…

@ Wisdoom

Oui, j'ai senti qu'on était sur la même longueur d'onde, mais le "Ceux qui vont mourir te saluent" m'a interpelé. Du coup, j'ai vu un cirque et des combats sanglants avec un César affalé dans sa loge. Je n'invoque pas un tel spectacle, et je ne me crois pas sur un piédestal privilégié. Avant le combat, on motive les troupes et on jauge le terrain. Si on établit un état d'esprit commun et serein, on pourra mieux faire face aux changements à venir.

On a tous une mission à effectuer ici-bas. Elle est encore à définir, mais, chacun d'entre nous, s'en rapproche en exprimant ce qu'il a au fond de lui. Certains écrivent, d'autres chantent, d'autres peignent, d'autres bâtissent, d'autres élèvent leurs enfants. A notre manière nous créons une vision du futur selon nos actes et nos intentions. Chaque geste, chaque parole a une influence, une répercussion sur la réalité fluctuante. Demain ne sera ni aujourd'hui ni hier, à nous d'imaginer et souhaiter ce qu'il sera. Les moyens et les gens se profileront petit à petit selon nos desseins, il n'y aura plus qu'à cueillir le fruit de la graine plantée dans la terre labourée. Rien ne sert de trépigner avant l'heure. Assurons nos intentions au plus près de notre vérité intérieure. Cultivons la foi en un monde meilleur.

Cowa a dit…

Je terminerai sur deux citations de Jung, qui était dans sa propre recherche de vérité intérieure :

"Pourquoi la vérité ne pourrait-elle pas, elle aussi, se répandre aussi bien que le mensonge vulgaire ?"

"On peut tout au plus s'efforcer de faire voir et sentir la situation psychologique du monde de telle sorte que les myopes eux mêmes ...finissent par voir , et de prononcer des paroles, de lancer dans l'arène des notions que les sourds eux-mêmes finiront par entendre. On peut et il faut garder l'espoir qu'il existe des êtres compréhensifs et de bonne volonté, et il ne faut donc pas se lasser de répéter les idées et les notions dont le besoin se fait sentir"

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.