lundi 22 juillet 2013

Les insectes seront bientôt au menu pour tous.

Au menu prochainement, insectes pour le peuple et viande pour les riches.

Depuis deux ans, 3 sociétés néerlandaises qui produisent normalement de la nourriture pour les zoos se sont mises à élever des criquets et des ténébrions (un coléoptère ndlr) pour la consommation humaine. Ils sont désormais en vente auprès de deux douzaines de grossistes de la restauration. Le gouvernement hollandais finance un programme de recherche d’1 million d’euros pour développer des moyens d’élever des insectes comestibles sur les débris végétaux sous-produits de l’industrie (enveloppes des graines de soja, pulpes résiduelles après pressage de fruits, déchets des brasseries…) D’autres recherches portent sur l’extraction des protéines présentes dans les insectes pour développer des ingrédients de l’industrie agro-alimentaire du futur. Car c’est certain, les insectes seront bientôt au menu pour tous.

Pas convaincu ? Voici en quelques points les raisons qui feront de vous ou vos enfants un adepte des insectes en 2020 :

1. La population mondiale devrait passer de 6 milliards en 2000 à 9 milliards en 2050. Dans le même temps, la production de viande devrait seulement doubler. Or, déjà 70% des terres de pâtures disponibles sont utilisées, et l’extension de ces surfaces devra se faire aux dépends des forêts humides et d’autres territoires naturels. A l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, on prédit que le bœuf pourrait devenir un produit de grand luxe en 2050. Avec une plus forte tension sur la viande, il est de plus en plus pressant de trouver des protéines d’origines alternatives. Les insectes sont riches en protéines, vitamines B minéraux zinc fer, faibles en matières grasses.

2. La grande majorité des populations des pays en développement mangent déjà communément des insectes. Au Laos et en Thaïlande, on déguste les fourmis tisserandes, et aux Etats Unis, la plupart des produits agro-alimentaires contiennent déjà des petites quantités d’insectes. La Food and Drug Administration autorise ainsi jusqu’à 60 fragments d’insectes pour 100 grammes, 30 pour le beurre de cacahuètes, tandis que les jus de fruits peuvent présenter 5 œufs de mouches à fruits et une ou deux larves pour 250 millilitres. De même, la cochenille est utilisée comme colorant rouge depuis très longtemps dans l’agro-alimentaire.

3. Malgré la répulsion ou l’effroi qu’ils suscitent en général chez les occidentaux, seulement 0.5% des espèces d’insectes connues sont potentiellement dangereuses pour les hommes, le bétail ou les récoltes. Les similarités existantes entre les porcs et les humains rendent possibles les propagations de maladies telles que des grippes mortelles, alors que ce risque est réduit avec les insectes.

4. Les insectes ont le sang froid et ne requièrent pas de nourriture pour fournir l’énergie nécessaire au maintien de leur température corporelle, ce qui augmente d’autant la rentabilité de leur production en fonction de l’aliment. Pour 10 kilos d’aliment, on peut produire 1 kilo de bœuf, 3kg de porc, 5 kg de poulet et jusqu’à 6 kg d’insectes.

5. Alors que 30% du porc, 35% du poulet 45% du bœuf et 65% de l’agneau ne sont pas comestibles, les déchets des insectes ne représentent que 20%.

6. Leur élevage réclame relativement moins d’eau. Les insectes fabriquent moins d’ammoniac et rejettent moins de gaz à effet de serre, alors que le bétail est responsable de 10% des émissions de gaz à effet de serre.

7. L’élevage des insectes est plus humain. L’hébergement du bétail, des porcs ou des poulets dans des conditions visant à optimiser l’espace et à en minimiser les coûts est source de stress pour les animaux. Pour beaucoup d’insectes qui vivent en colonies, la promiscuité n’est pas un problème, c’est un art de vivre. Les fermes à insectes peuvent être implantées partout, y compris dans des environnements périurbains. Les amateurs peuvent même facilement se constituer un petit élevage domestique pour leurs besoins propres.

Toujours réticent ? Alors, pour conclure, quelques suggestions de préparation : insectes intégrés dans des plats en sauce, en remplacement de boulettes de viande ; insectes mixés pour fournir de la pâte elle-même incorporée aux préparations de quiches, et enfin - la chenille sur le gateau ? - insectes séchés et utilisés en substitution des noix dans les biscuits et le pain...

http://www.express.be/joker/fr/platdujour/vous-serez-bientot-insectivore-7-points-pour-comprendre-pourquoi.htm

8 commentaires:

Julot Manu a dit…

Et bien techniquement si consommé cru c'est un aliment de notre alimentation physiologique qu'est le frugivorisme en très petite quantité cependant, les grands singes anthropoïdes frugivore a l'anatomie similaire a nous consomme 1-5% d'insectes crus évidemment, seul l’être humain cuit ses aliments et consomme du lait a l'age adulte en plus celui d'autres espèces... Ça ne semble cependant pas nécessaire du tout pour le bon fonctionnement de l'organisme.
Dans tous les cas c'est certainement beaucoup plus sain que les grosse quantité de morceaux cadavres(morts depuis plusieurs jours au moins)plus ou moins gras, toxiques, chimiques et cuits que la plupart des êtres humains consomment et qui sont une cause majeurs de problèmes de santé de toutes sortes.

Ancreur de Lumière a dit…

On estime de 15 @ 20,000 personnes actuellement sur la Terre qui ne mangent pas et qui vivent leurs quotidiens. Tapez «Vivre sans manger»

jb pinna a dit…

en termes de "survie' les inséctes peuvent s'averer une option judicieuse.

Morgoth999 a dit…

Faut arretez avec le mythe des proteines.. Renseignez vous un peu.. L'homme se pollue lui même à en consommer de tel quantité.. Je suis frugivore-fruitarien et je n'ai jamais été autant en bonne santé depuis que je le suis ..

Guy Fawkes a dit…

ça m'étonnerait beaucoup que l'on soit toujours là en 2050...et en tout cas pas 9 milliards. Quoiqu'il en soit, il existe beaucoup d'alternatives végétales pour remplacer la viande aussi (le soja et les lentilles ont aussi beaucoup de protéines).

Les insectes ça risque d'en refroidir beaucoup (moi le premier) vu que ce n'est pas dans nos mœurs. Après, c'est sûr que plutôt que de crever de fin, il faudra bien tenter le coup.

hotchiwawa a dit…

trop de viande ce n'est pas bon pour la santé.
Edgard Cayce en parlait déjà en son époque.

Les insectes pourquoi pas mais avec les insecticides, ogm :(

Julot Manu a dit…

Il faut vraiment arrêter avec le mythe des protéines, même les dissidents tombent dans le piège...
Il y a des peuples centenaires en excellente santé qui consomme seulement 15-30 grammes de protéines végétales par jour, bonne chance pour être carencé en protéines d'apport si c'est même possible.
Il n'y même pas de terme scientifique pour la carence unique en protéines c'est dire, en revanche il y a bien le "Kwashiorkor" qui est
une carence protéine-énergétique donc de dénutrition générale.

http://fr.wikipedia.org/wiki/K...

La carence en protéines est quasiment impossible sans être en dénutrition massive pendant très longtemps mais dans ce cas c'est la dénutrition qui est problématique~

Texte hygieniste du grand Herbert Shelton "On various islands in the Pacific are tribes of people who have followed the same diet for dozens of generations—fruits, roots and
tubers. They enjoy excellent health and consume about 15 grams of protein a day."

Il faudra m'expliquer comment est ce possible que ca dégoute plus les gens de consommer des insectes beaucoup plus sains que les morceaux de cadavres putréfiés sanguinolents de mammifères gras et intoxiqués aux vaccins et antibiotiques entres autres, en plus d’être beaucoup plus proche de l'Homme...

pask1 a dit…

chacun ses choix ... chacun cher soi ....

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.