dimanche 8 septembre 2013

L’école est une prison

L'un des buts cachés du système éducatif est de dévorer l'énergie psychique des élèves. Il n'y a donc aucun épanouissement à en attendre.



Les parents envoient leurs enfants à l’école avec les meilleurs intentions, pensant que c’est ce dont ils ont besoin pour devenir des adultes productifs et épanouis. Beaucoup doutent du bon fonctionnement des écoles, mais la sagesse conventionnelle veut que ces problèmes peuvent être résolus avec plus d’argent, de meilleurs enseignants, des programmes plus difficiles, et/ou des examen plus rigoureux.

Mais si le problème était l’école en elle-même ? La triste réalité est que l’une de nos institutions préférées est, par sa nature même, ne répond pas aux besoins de nos enfants et de notre société.



L’école est un lieu où les enfants doivent obligatoirement aller, et où leur liberté est fortement restreinte — bien plus restreinte que le toléreraient la plupart des adultes pour leurs lieux de travail. Ces dernières décennies, nous avons forcés nos enfants à rester de plus en plus de temps dans ce genre de cadre, et des preuves solides (résumées dans mon dernier livre) indiquent que c’et souvent la cause de graves dommages psychologiques. Par ailleurs, plus les scientifiques étudient le mode d’apprentissage naturel des enfants, plus nous comprenons que les enfants apprennent profondément et véritablement, et avec plus d’enthousiasme, dans des conditions presque opposées à celles de l’école.

La scolarité obligatoire fait partie intégrante de notre culture depuis plusieurs générations. La plupart des gens auraient du mal à imaginer aujourd’hui comment les enfants apprendraient ce dont ils ont besoin pour réussir dans notre culture sans l’école. Le président Obama et le secrétaire à l’éducation Arne Duncan aiment tellement l’école qu’ils souhaiteraient même allonger les jours et les années scolaires. La plupart des gens pensent que la conception de base des écoles, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est validée par des preuves scientifiques qui montreraient que c’est ainsi que les enfants apprennent le mieux. Mais en réalité, rien n’est plus éloigné de la vérité.

Les écoles telles que nous les connaissons aujourd’hui sont le produit de l’histoire, et non pas d’une recherche sur l’apprentissage. La conception actuelle de nos écoles découle de la Réforme protestante, lorsque des écoles ont été créées pour apprendre aux enfants à lire la Bible, à croire l’Ecriture et les figures d’autorité sans les remettre en question. Les premiers fondateurs des écoles l’indiquaient clairement dans leurs écrits. L’idée que les écoles puissent permettre le développement de la pensée critique, de la créativité, de l’initiative personnelle ou de la capacité à apprendre par soi-même — le genre de compétences les plus importantes dans notre économie actuelle — ne leur effleurait même pas l’esprit. Pour eux, encourager les enfants à agir par eux-même était un péché qu’il fallait casser ou réprimer.

Ce n’est pas parce que les écoles ont été reprises par l’Etat, sont devenues obligatoires et à but laïque, que la structure de base et les méthodes d’enseignement ont changé. Les tentatives ultérieures de réformes ont échoué, et même si elles ont joué sur des points mineurs de la structure, elles n’ont pas modifié la conception de base. La méthode hiérarchique, par l’évaluation, qui suppose que l’apprentissage est motivé par un système de récompense et de punissions plutôt que par la curiosité et un vrai désir d’apprendre, sert surtout à l’endoctrinement et l’obéissance et pas à grand chose d’autre. Il n’est pas étonnant que de nombreux grands entrepreneurs et innovateurs dans le monde ont quitté l’école à un jeune âge (comme Thomas Edison), ou disaient détecter l’école et apprendre de leur côté, et pas grâce à elle (comme Albert Einstein).

Il n’est pas étonnant qu’aujourd’hui même les « meilleurs élèves » (et peut-être surtout eux) disent souvent être « lessivés » par le processus de scolarisation. Un des meilleurs étudiants diplômés, a expliqué à un journaliste pourquoi il remettait à plus tard l’université : « j’étais rongé par le fait de bien réussir et je ne dormais pas beaucoup ces dernières deux années. J’avais cinq ou six heures de devoirs tous les soirs. La dernière chose que je voulais était que ça continue. »

La plupart de élèves — qu’ils aient de bons résultats, des résultats moyens ou qu’ils soient en échec scolaire — ont perdu leur goût de l’apprentissage au moment où ils entrent au collège ou au lycée. Dans une récente étude, Mihaly Czikszentmihalyl et Jeremy Hunter ont placé sur plus de 800 élèves de la sixième jusqu’à la terminale, dans 33 écoles différentes du pays, une montre-bracelet spéciale qui émettait un signal spécial à des moments aléatoires de la journée. A chaque fois que le signal retentissait, ils devaient remplir un questionnaire indiquant où ils étaient, ce qu’ils faisaient et s’ils étaient heureux ou malheureux. Ils étaient de loin le moins heureux quand ils étaient à l’école et ils étaient le plus heureux quand ils étaient hors de l’école, à jouer ou discuter avec des amis. A l’école, ils éprouvaient de l’ennui, de l’anxiété ou les deux. D’autres chercheurs ont montré qu’à chaque nouvelle année, les élèves adoptent des attitudes de plus en plus négatives envers les matières enseignées, en particulier pour les mathématiques et les sciences.

La société en général tend à ignorer ces conclusions. Nous ne sommes pas surpris de voir que l’apprentissage soit désagréable. Nous pensons que c’est une pilule à avaler qui finira par payer sur le long terme. Certaines personnes pensent même que le fait même que l’école soit désagréable est une bonne chose car elle permet aux enfants d’apprendre à tolérer les situations désagréables, car la vie après l’école est désagréable. Peut-être que ce triste point de vue découle de l’école. Bien sûr, il y a des haut et des bas dans la vie, à l’âge adulte comme dans l’enfance. Mais il y a bien des façons d’apprendre à tolérer les désagréments sans devoir rajouter une scolarité désagréable. La recherche a montré que les personnes de tous âges apprennent mieux quand elles sont motivées, approfondissant des questions qui les concernent réellement, et des objectifs qui sont leurs propres dans la vie. Dans de telles conditions, apprendre est en général amusant.

J’ai passé une grande partie de ma carrière de chercheur à étudier comment les enfants apprennent. Les enfants viennent au monde avec la capacité magnifique de diriger leur propre éducation. La nature leur a donnés de puissants instincts éducatifs, comme la curiosité, le ludisme, la sociabilité, l’attention à ce qu’il se passe autour d’eux, le désir de grandir et de faire ce que les enfants plus âgés et adultes peuvent faire.

La preuve que tout cela s’applique aux petits enfants se trouve sous les yeux de tous ceux qui ont regardé un enfant grandir de la naissance jusqu’à l’âge scolaire. Par leurs propres efforts, les enfants apprennent à marcher, courir, sauter et grimper. Ils apprennent leur langue maternelle à partir de rien, et partant de là, apprennent à affirmer leur volonté, débattent, amusent, ennuient, se font des amis, charment et posent des questions. En interrogeant et en explorant, ils acquièrent énormément de connaissances sur leur environnement matériel et social, et par leur jeu, des compétences pratiques qui favorisent leur développement physique, intellectuel, social et émotionnel. Ils font tout cela avant que quiconque, de quelque manière systématique que ce soit, essaye de leur enseigner quelque chose.

Cette progression et capacité d’apprendre étonnante ne s’arrête pas toute seule quand l’enfant a 5 ou 6 ans. C’est nous qui y mettons un terme avec ce système coercitif qu’est l’école. La plus importante et mémorable leçon de notre système scolaire est que l’apprentissage sous la forme d’un travail doit être évité autant que possible.

Mes recherches portaient sur l’apprentissage chez les enfants qui sont « d’âge scolaire » mais qui ne sont pas envoyés à l’école, ou qui ne sont pas dans une école tel qu’on l’entend habituellement. J’ai examiné comment les enfants apprennent dans les cultures qui n’ont pas d’écoles, surtout les cultures de chasseurs-cueilleurs, les genres de cultures dans lesquelles notre espèce a évolué. J’ai également étudié l’apprentissage dans notre culture, quand on laisse aux enfants le soin de leur propre éducation et qu’on leur donne la possibilité et les moyens de s’instruire eux-même. Dans ces conditions, la curiosité naturelle des enfants et leur goût de l’apprentissage persiste tout au long de l’enfance et de l’adolescence, jusqu’à l’âge adulte.


Peter Gray est un professeur émérite de psychologie à l’université de Boston. Son dernier livre s’intitule : « Free to Learn : Why Unleashing the Instinct to Play Will Make Our Children Happier, More Self Reliant, and Better Prepared for Life« (Basic Books, 2013).

Il est aussi l’auteur d’un manuel d’introduction à la psychologie (« Psychology, » Worth Publishers, maintenant dans sixième édition), d’un blog régulièrement mis à jour pour le magazine Psychology Today (Freedom to Learn), et de nombreux articles scientifiques sur les méthodes d’apprentissage naturelles des enfants. Avec des collègues, il a récemment lancé un site web (AlternativesToSchool.com) conçu pour aider les familles à trouver et créer un cadre pour l’apprentissage autogéré des enfants.
Lire la suite sur :

http://newsoftomorrow.org/vie/systeme-scolaire/peter-gray-lecole-est-une-prison

25 commentaires:

Brebis Gall a dit…

Quel baratin ! Le meilleur souvenir que jai est celui d'une prof d'italien qui nous forçait à apprendre par coeur les verbes : je la bénis ! Ca va cette vision gauchiste à la Bourdieu ! Vive la discipline et le retour du bâton !

Liliane CLAUSS a dit…

POUR info, à tous ceux qui lisent cet article, l'école et la scolarité institutionnelle N EST PAS OBLIGATOIRE ! c'est l'instruction qui est obligatoire en France !

A vouloir mettre tout le monde dans le même panier on finit par la révolution ! la Bastille il n'y avait qu'un pauvre gardien..

Maintenant que ceux qui sont anti-école ma foi achète au moins un bled et apprennent à écrire correctement...SOURIRE

Comme dans TOUS LES METIERS il y a des c...et des Bons ! rien n'est tout blanc et rien n'est tout noir..si, les irréductibles râleurs, anarchistes qui ne sont jamais contents de se qu'ils ont..

Empecheurdetounerenrond a dit…

Si l'école étais une bonne chose pour notre épanouissement cela se saurais quand même ..

Quand je vois que nos enfants ne savent même pas ou se lève le soleil ..
L'école avec son esprit de con-pétitions nous apprend à être le meilleurs , le premier ..des C*ns..
J'ai toujours détester cette mer** et cela me fais chi** d'envoyer mes gosse dans cette foutu machine a laver le cerveaux
Et je n'en ai rien a fiche des fautes d'ortografs .
Ce n'ai pas pour autant que je n'ai pas réussis ma vie .

marc antoine a dit…

Je comprend le point de vue mais avec l'école ont peut avoir de meilleur emploi devenir plus ou moin riche et avoir une bien meilleur qualiter de vie ce payer de meilleur soin et vivre plus longtemp nous et notre famille ont a juste pas le choix dans ce système c'est bien beau d'être épanouïe mais sa guéri personne du cancer ça. Aux moyen-âge il y avait pas d'école ont aprennais du maître artisant j'aurais bien aimer apprendre mon métier comme ça mais là ont est en 2013 et ce texte est très irréaliste voir utopique du monde meur prématurément aujourdhui parce qu'il n'ont pas fais les classe c'est loin d'être le paradi ici

Zangao a dit…

L'école sert avant tout a conditionner de futurs adultes pour qu'ils servent de rouage au système en place. C'est juste une usine de pièces détachées....

Morphys32 a dit…

Bonjour,
j'avais mis un commentaire (dans les derniers) sur l'école et en particulier sur le bac. Voici le lien :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/07/idiocratie-la-note-de-420-suffit.html

Rien n'est parfait ! c'est évident.

Ampipeline a dit…

@Zangao

Excellente définition de ce qu'est réellement l'école !
Et pourtant, nous sommes prévenus (humour):

http://farm2.staticflickr.com/1159/5117292463_b1cd0bc657.jpg

crash2012 a dit…

Je suis super mitigée sur ce post, il est encore possible de faire l’école "home made" pour ceux qui le souhaitent.
Je pense qu'il faut du temps pour préparer un programme de travail

A Rhea Hosts Trinity a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=OwKJsFqVKog

A partir de 5mn30sec, Marion Sigaut sur l'école, 5mn d'écoute

Ancreur de Lumière a dit…

Ce n'est pas juste l'école qu'il faut changer, c'est tout le système... Que nos pièces détachées re-forment un tout. Que le mental ralentisse et que l'intelligence émotionnelle prenne ( re-prenne ) le haut du pavé.

Au Québec avec des écoles pilotes (aussi au Nouveau-Brunswick), on favorise un autre type d'éducation.

Voici un auteur, ancien enseignant et directeur d'école qui s'est penché sur la question :

http://enfantsdelanouvelleterre.over-blog.com/article-vers-la-nouvelle-terre-108819684.html

..commelaLune a dit…

Merci Rorschach de nous offrir cette analyse que je partage entièrement :

L’école sert à imposer l’obéissance aveugle à une autorité,l’école sert à imposer l’ignorance, l’école sert à diviser les êtres humains, à les monter les uns contre les autres par le système absurde de la notation, l’école sert à inculquer la peur aux enfants...comment peut-on avoir le plaisir d’apprendre s’il y a une quelconque peur ?

Il n’y a rien qui ressemble plus à une prison qu’une école : du béton, du grillage,une cour centrale, de la violence,des surveillants,la promiscuité, l’absence de rapports avec la nature...Ce n’est pas pour rien que les franc-macs ont imposé l’école . Elle mène au chaos.L’école déstructure l’enfant,le brise, le fait entrer dans un conflit permanent et non dans la coopération.

Ce naze de Victor Hugo disait qu’ouvrir une école c’était fermer une prison ce à quoi de Rougemont lui avait répondu "et si c’était en ouvrir une autre"... on voit le résultat plus de 100ans après...

Certains évoquent les bienfaits l'alphabétisation. Cet argument est purement raciste et s'inscrit dans la ligne droite du rôle civilisationnel de l'occident. Les peuples non alphabétisés ont développé un rapport à la nature qui nous est totalement inconnu et que nous ne comprenons pas. Ces gens qualifiés de "primitifs" savent être en relation avec les pierres,savent dialoguer avec les animaux, connaissent les plantes qui les soignent...etc... la violence est quasi inexistante chez ces peuples, ils ont encore l'innocence des enfants.

A propos de la notation : Jiddu Krishnamurti écrivait "comparer un enfant à un autre c’est le détruire".Imaginez depuis le CP où on a quoi 5-7ans, on nous note, on nous évalue, on nous compare, on nous juge et ça dure entre une dizaine d’années et 20ans chaque jour la peur au ventre de ne pas être à la hauteur; Pierre est meilleur que Farid ou inversement peu importe ! c’est un système pervers et aberrant et justement destructeur quand on prend la peine d’y réfléchir. Comment ne voulez-vous pas que ce système génère l’individualisme et la violence ?

A propos de l’école "obligatoire" et de ce qu’on y "en-saigne" : L’école maçonnique (ta mère!) à la Jules Ferry date du début des années 1880 , le temps de former trois générations dans la haine de "l’allemand" (et pareil outre Rhin) et on aboutit à la première grande boucherie de l’histoire. Sans les hussards noirs de la république franc-maçonne jamais les paysans français et les paysans allemands ne se seraient entretués de la sorte. Cette école de l’endoctrinement est l’une des responsables de ce premier conflit mondial. Je n’évoque même pas l’enseignement de la mission civilisatrice de la France inculquée aux enfants français de la première moitié du XXème siècle.

Et les meilleurs des élèves, ces premiers de la classe où sont-ils aujourd'hui? Comme ils ont toujours bien obéi et bien ils sont dans les gouvernements ou dans les conseils d'administration des multinationales, pilotent des bombardiers, des drônes...ils sèment la mort et la misère.

Le pacte avec le diable se fait dès l'école .L'école contemporaine est fait pour extirper l'amour de son prochain, ces premiers de la classe ont basculé dans la folie, dans l'inconscience, dans la pure dualité destructrice...regardez les Hollande (ENA)Fabius (ENA), Sarkozy (Science Po) et le petit Boris Boillon : ils sont tous devenus des criminels au service des familles bancaires.

hujo a dit…

Merci Zangao net et precis ! Les pires moment de ma vie etaient a lecole

jb pinna a dit…

En effet le systeme scolaire est un piége innevitable, mais non une fatalité , la responsabilité des parents y vas bon train aussi !

Apache-des-villes a dit…

@..commelaLune, BIG-MERCI!!!... analyse finement aiguisé!!!... l'ami ,-)

JahBless a dit…

@ Marc Antoine: tu dis "c'est bien beau d'être épanouïe mais sa guéri personne du cancer ça". EN ES TU CERTAIN?? Et si justement c'était ça la clé de la bonne santé, mentale et physique: être épanoui, heureux! Avoir des relations saines avec les gens, faire ce qu'on aime dans la vie (en plus bien sur d'avoir une bonne hygiène de vie).
Ce qui nous refile le cancer c'est cette foutue vie moderne, où nous ne sommes que des forçats et des consommateurs abrutis parce que l'école nous a façonnés ainsi! Frustrés et malheureux d'aller au boulot, dans des conditions merdiques pour l'immense majorité des humains, juste pour pouvoir bouffer et payer ses factures!

Alors moi mon choix pour le moment, c'est de garder mes filles à la maison. Elles n'ont pas encore 6 ans, mais même ensuite je compte faire l'IEF (instruction en famille) avec éventuellement des cours par correspondance pour que l'éducation nationale nous foute la paix. Il existe des écoles alternatives, comme Montessori ou Steiner, mais c'est hors de prix pour moi.

Donc pas d'école içi, ni de télé, ni de vaccins. Le trio infernal!

osmont norbert a dit…

@ commelaLune
tu as raison dans ton point de vu fondé sur la reflexion historique et sociétale. dans le prolongement de l’article.Néanmoin un acteur essentiel est oublié : les parents.

les parents ont des enfants pour être normaux ,comme notre président l’a si bien montré sur un banc d’école,pour être comme tout le monde ,par conditionnement ; ils ne s’interressent que rarement à ce qui ,au vu de notre histoire,qu’ils connaissent puisque l’école leur a appris,ils s’interressent que rarement à ce qui serait nécessaire aux enfants quils désirent pour qu’ils deviennent de vrais êtres humains.

Non la solitude à deux c’est affreux. L’enfant d’accord,l’enfant d’abord.

Non,Non nous ne militerons pas ,avant d’avoir des enfants, pour qu’ils aient une vraie éducation pour atteindre à la vraie humanité Non les enfants ,c’est du domaine de l’avoir ;il faut en avoir;l’humanité au lavoir.

De vrais parents avec une vraie éducation donne une vraie civilisation où l’humanité embellit de générations en générations

De faux parents avec une fausse éducation donne une fausse civilisation où l’humanité se dégrade de générations en générations

Alors pour masquer cette réalité toute les théories ont été inventées en gonflant l’importance de lhérédité,

de la lgnée,du conditionnement socio-economique ,du religieux ....... et tous les spécialistes nous le confirmeront puisqu’ils en vivent (marx, freud , prix nobels..en caliquots).

c’est ce que nous voyons Mais y a pas de probleme : c’est ça la vocation de l’humanité :dégénerer et bien sur

on ne sait pas pourquoi

et bien avec cette tartufferie nous avons bien mérité l’apocalypse de st jean



osmont norbert a dit…

evidemment j'ai pas parlé d'accompagner les ames qui viennent
sur terre pour évoluer et participer au plan divin; parce que cela réleve
de la pyschiaterie ,de la zinzinomanie

la vraie spiritualité c'est le materialisme à 2centimes ;
ça coute pas cher et en temps de disette ça compte il devrait faire partie du planning familial et tout le monde sera d'accord, , pour l'augmenter à 2euros

Zangao a dit…

Les pharisiens et les scribes ont reçu les clefs de la connaissance
et ils les ont cachées.
Ils ne sont pas entrés à l'intérieur
et ceux qui veulent entrer,
ils les en empêchent.
Vous, soyez attentifs comme le serpent
et simples comme la colombe.


jb pinna a dit…

Personnellement j'ai choisis de ne pas avoir d'enfant car avec un minimum de reflexion sur notre société il est absurde d'offrir son enfant en esclavage .( je m'occupe pourtant de l'enfant de ma compagne de 17 ans l'age cons !)...
Cependant avoir un enfant murement reflechit ,en lui offrant les clefs de la verité et de l'harmonie vibratoire dés son plus jeune age peut etre benefique a tout son entourage !
La mediocrité du systeme scolaire est une parade et un filtre puissant aux incarnation fraichement arrivée , deboussolé elle son facilement manipulable.
Le role des parent est d'equilibrer l'enfant entre ces deux monde

Anatole Patachon a dit…

Le fléau, ce n'est pas tellement l'école, c'est tout ce tas de fonctionnaires que l'on paye pour être profs et qui ne pensent qu'à leurs vacances.
Apprendre l'existence à nos rejetons est indispensable, et au vu des produits sortis des écoles, on voit bien que ces gens-là n'ont aucune espèce de compétence. Retirez vite vos enfants de ce moule à cons !

Zangao a dit…

Quand tu écris Moulacon en un seul mot, celui la prends tout son sens ! Ne laisses pas tes enfants à la garde des Moulacons !!! :)

osmont norbert a dit…

et si on fait encore des dérivée sur moulacon cela donne molahcons
molassons à rééduquer dans des moles (rugby) à sons où à l'instar des allblacks il faut gueuler ferryboat, ferryboat .... ,n'estce pas jules? et comme ça on obtient un césar du mol distibué par Endémol(actionnaire principal Goldman Sachs) ainsi l'affaire est dans le sachs
Endémol roi du Paf qui a du pif comme le chien pour endormir toute
la famille devant le tube à images,le carré blanc étant mis au lit.
Ami entends tu le bruit des savannes?
Ohé! Partisans, ouvriers et paysans c'est l'alarme.
Ami, entends-tu le vol noir du corbeau sur nos plaines
Chantez compagnons dans la nuit la liberté vous écoute
C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères!

radolies a dit…

Autre rôle de l’école ? : « couper le peuple de ses racines historiques ».

« Celui qui contrôle le présent contrôle le passé. Celui qui contrôle le passé, contrôle le futur »

http://lecitoyenengage.fr/les-pyramides-bosnie-changent-lhistoire-lhumanite-4712

On veut démanteler l’enseignement de l’histoire, on veut couper le peuple français de ses racines historiques. On ne veut pas qu’il sache d’où il vient. On veut couper les racines nationales.

http://www.youtube.com/watch?v=qoj2Ge8iDsI&feature=player_embedded#t=0

Nova a dit…

Chère Rorschach,

Merci de ne pas donner de crédibilité à ce type d'article qui pue le démagogie Américaine. Le système scolaire actuel est loin d'être parfait, il a cependant le mérite de créer du lien social ( toutes génération )et de poser les bases de l’éthique pour les gosses. La suite nous la connaissons tous; motivation, sens de l'effort et accompagnement dépendent en grande partie de notre bon ou mauvais souvenir de l'école.
Pour info merci à la réforme protestante qui à permis aux enfants de lire la Bible dans débattre et de dialoguer des écrits sans un intermédiaire Jésuite inquisiteur.

Jeanne Darque a dit…

Etant fraichement sorti du système scolaire depuis un an, je pense etre en mesure de témoigner, et si cet article expose bien des faits, la réalité est probablement encore pire...

L'université ne m'a rien appris si ce n'est que celui qui triche le mieux a de meilleur notes que n'importe qui.
La deuxième chose que j'ai retenu c'est que les notes ne reflètent certainement pas "l'intelligence" (qui est un terme certes difficile a définir): la major de promo qui avait 15 de moyenne etait une débile profonde, incapable de prendre des décisions et qui fond en larme devant un problème: en gros, ses notes ne reflètent que sa capacité a "garder des info" en mémoire, un peu comme un disque dur.

De plus, quand je vois certains commentaires qui disent: "l'ecole rend les enfants plus sociables" j'ai envie de dire: big LOLilol.

L'ecole apprend aux enfants a être en compétition permanente, que ce soit dans la classe lors des interros comme dans la cours de récré: tu dois être le meilleur, peu importe ce qu'il advient des autres... Pour preuve, il y a toujours un ptit gars un peu différent qui se fait taper dessus tous les jours: si être sociable c'est se balader en groupe pour taper sur les esseulés, faudra revoir la définition...

Par contre, si on apprenait a nos gosses l'entraide et le travail de groupe, on se retrouverait face a des individus capable de prendre des décisions, de poser des questions, de remettre les choses en questions... et ça serait vraiment embêtant d'avoir trop d'individu de ce genre dans une société ;)
Et le ptit mec esseulés se retrouve au sein d'un groupe, avec des individus qui ont confiance en lui et ses capacités, pas besoin de vous faire un dessin...

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.