lundi 18 novembre 2013

Fukushima : Le retrait des barres de combustible a commencé.



La compagnie Tepco de la centrale de Fukushima a commencé le retrait du combustible nucléaire de la piscine du réacteur 4. Il s’agit de retirer l’oxyde d’uranium usé situé au cœur du réacteur n° 4 de la centrale de Daichi Fukushima, sous l’eau d’une piscine. « Une opération a priori peu différente de ce qui se passe régulièrement au moment où l’on retire du combustible usé dans une centrale en exploitation normale », précise Thierry Charles, directeur général adjoint de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).


Un nouveau bâtiment et un nouveau pont roulant ont été construits par-dessus l’ancienne construction fortement fragilisée suite à l’explosion d’hydrogène en 2011. Ce qui permet de descendre un caisson cylindrique, une espèce d’énorme seau métallique (5,5 m de haut et 2,1 m de diamètre), dans la piscine et d’y transférer, en restant toujours dans l’eau, les assemblages de crayons de combustible constitués d’empilement de pastilles d’oxyde d’uranium. Le métal du seau comme l’eau de la piscine empêche toute irradiation (rayonnement gamma) vers l’extérieur. Une fois le seau rempli, il est extrait de l’eau et bouchonné avant d’être descendu au rez-de-chaussée, car la piscine se trouve au premier étage, à peu près 30 m plus haut.

Une opération presque identique à celle du changement de combustible dans un réacteur normal

Le caisson de protection et son chargement de combustible usé sont comparables aux caissons utilisés en France pour transporter, par train puis par camion, le combustible usé depuis les centrales nucléaires jusqu’au centre de retraitement de La Hague (Manche). Le tout sera acheminé sur une piscine d’entreposage situé à quelques centaines de mètres où le matériau radioactif peut rester plusieurs années.

Ingénieurs et techniciens se donnent 2 jours pour retirer 22 assemblages de combustible, une opération réalisée par le nouveau pont roulant capable de soulever environ 100 tonnes et télécommandé. La piscine n° 4 contient environ 1 300 assemblages de combustible usé et 200 assemblages de combustible neuf.


Des risques potentiels

« La sécurité est la priorité », a déclaré le patron de Tepco, Naomi Hirose, en début de semaine dernière. En effet, à la différence d’un réacteur en exploitation ordinaire, la présence de débris de béton ou métalliques venant du toit ou du mur suite à l’explosion peut bloquer ou du moins retarder l’opération. Des débris qui pourraient bloquer la sortie des 22 assemblages de combustible de leur gaine. La sortie doit se faire à raison d’un centimètre par seconde ! En cas de blocage, l’opération s’arrêtera automatiquement. Des répétitions ont eu lieu et les équipes sont désormais jugées bien formées par Tepco et l’expert nucléaire américain Lake Barrett, invité à suivre les préparatifs.


Une première étape vers le long démantèlement total de la centrale de Fukushima

C’est la première fois qu’une telle opération est réalisée dans un environnement accidenté où les techniciens doivent œuvrer en combinaisons de protection et porter des masques intégraux pour se protéger de la radioactivité.

En outre, il s’agit de la plus délicate opération depuis la stabilisation du site en décembre 2011. « Ce retrait ouvre un nouvel important chapitre dans notre tâche de démantèlement » qui doit durer 40 ans, a commenté le PDG Naomi Hirose dans un message vidéo diffusé par Tepco.

DENIS SERGENT

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-exploitant-de-Fukushima-retire-le-combustible-d-un-des-reacteurs-2013-11-18-1062456

17 commentaires:

Zangao a dit…

40 ans !!! si tout va bien ........... ils ne se rendent même pas compte !

Zangao a dit…

40 ans ! Ils font des projets sur 40 ans sans savoir de quoi demain sera fait............ étonnant que nous soyons dans la merde ou nous sommes ..........

Anonyme a dit…

question idiote, si le caisson est mis dans l eau pour y placer les barres, l eau de la piscine etant contaminee, le caisson va etre (par ses faces exterieures) lui aussi radio actif. OK on le place dans une autre piscine, mais ensuite? si on veut le ressortir de sa piscine il faut aussi le placer dans un autre caisson pour qu'il n irradie pas? ou le "laver" simplement?

INDIGO BLEU a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=LjZZOLT_E3c

Phil deFer a dit…

40ans... si l'on se réfère à la loi de Murphy... 40ans c'est bien long..... ^^

le pèlerin a dit…

Attendez, ils doivent retirer seulement 22 combustibles sur les 1 300 usagers ? Ce serait ceux-là qui posent problème ?

Je pige pas trop, l'article est impréci sur le déroulement des opérations. Quelqu'un peut dévelloper ?

Anonyme a dit…

Tout comme pour le prob.économique, on repousse l'échéance à plus tard. Je me demande bien comment va «vivre» la future génération au rythme où vont les choses? :-/

Anatole Patachon a dit…

Thierry Charles, directeur général adjoint de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a dit: " - Une opération a priori peu différente de ce qui se passe régulièrement au moment où l’on retire du combustible usé dans une centrale en exploitation normale"

Eh bien moi, Anatole Patachon, citoyen et habitant de cette Terre, je dis à Monsieur Thierry Charles qu'il est coupable de tromperie aggravée et qu'il mérite un millier de coups de bâtons;
A moins qu'il me démontre en quoi une centrale nucléaire balayée par un tsunami, privée de système de refroidissement, fondue à coeur, radioactive à des centaines de kilomètres à la ronde, et bavant des hectolitres d'eau contaminée par jour dans les océans, est une situation d'exploitation normale.
Ce mec mériterait une mutation à la photocopieuse, avec l'interdiction d'appuyer sur un autre bouton que le gros vert à droite.

TheNowaytogo a dit…

L'eau protège surtout des rayonnements gamma et donc des autres..... Bien sur que cette eau est contaminée, mais elle permet au combustible de ne pas s'emballer et surtout bloque les rayons nocifs . Pour le coup on assiste bien à une manœuvre désespérée...sois on prend des risques incroyable pour essayer de sécuriser la zone par la vidange de la piscine 4 et avons gagner du temps en cas d'éffondrement, soit de toutes façon cette piscine s'éffondrera avec son contenu au complet !! Bref, on est fait comme des rats !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Le caisson sera contaminé tout simplement. Avec bien la possibilité de le décontaminer suivant le type de matière et ca surface.
Mais en général pour de raison de cout/dechet/risque/dosimétrie le matériel qui est utilisé pour ce type d'opération restera en l'état.
Mais je pense que la bas ils ne sont pas a un caisson pret...

STEF NATHANIEL a dit…

Le blog Sentinelle de Dieu déménage vers Over Blog.
http://sentinellededieu.blogspot.fr/2013/11/le-blog-demenage-fermeture-definitive.html

Nouveau blog:
http://sentinellesdedieu.over-blog.com/

Tous les articles, et commentaires sont disponibles sur le nouveau blog.

Fermeture du blog: www.sentinellededieu.blogspot.fr le 15 décembre 2013

Donc le nouveau blog est: http://sentinellesdedieu.over-blog.com/

Prenez note de l'adresse.

Merci.

le pèlerin a dit…

Anatole : je ferais juste remarquer qu'il dit "à priori". Ce qui montre justement que la situation n'est PAS habituelle. Faut pas chercher la tromperie partout.

Sinon j'ai toujours pas la réponses à ma questions : est-ce seulement 22 assemblages qui sont concernés ou les 1300 ? Non parce que pour retirer 1300 assemblages il leur faudra 6 mois pas 2 jours !

Guillaume Ducret a dit…

Sauf erreur le caisson peut contenir seulement 22 barres.

Anatole Patachon a dit…

@ Pèlerin: la formule employée tend à minimiser la gravité de la situation; "A priori, rien de très anormal" est plus rassurant et trompeur que "c'est une situation unique dont on n'a aucune expérience, qui requiert une précision millimétrique dans un environnement non sécurisé";
Aller extraire ces machins au milieu d'un tas de gravats et de décombres qui risquent à tout moment de se casser la gueule sur la grue ou dans la piscine est plutôt un challenge du type Roulette Russe, à mon sens.

Anonyme a dit…

il tue notre mère petit a petit jusque au jour J pauvre nouvelle génération il véron bien pire que nous gardien des mien

Anonyme a dit…

@le pèlerin
22 c est le nombre maxi que peut contenir un caisson. Bien sur qu'il faut tout enlever Cela doit durer (je ne suis plus sur de ce que j ai lu) 6 mois/1an.
Apres il ont prevu de vider la piscine dans la mer, haha, non dans des gros bidons comme le reste...et apres pas de chance a cause de la pluie, du vent ou d ison l eau finira a la mer. Ils n arrivent deja pas a decontaminer les reservoirs qui debordent, a cause de l'enorme quantitee d eau contaminee....

le pèlerin a dit…

anonyme 13h 15 : que vient faire IsON la dedans? Une boutade ou tu penses vraiment que ç va influer ?

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.