mardi 26 novembre 2013

L'européen, ce cannibale amateur de chair fraiche


Seriez-vous un consommateur d’organes humains ? En fait si vous appartenez à cette partie de l’humanité qui se dit civilisée et européenne, vous avez toutes les chances de vous retrouver dans le camp des consommateurs de la chair fraîche en provenance du Tiers-Monde.


Lors de la Guerre de Lybie, tout comme maintenant en Syrie et ailleurs, les cadavres se vendaient comme de petits pains. En revanche, une personne maintenue techniquement en vie valait dix fois plus cher si non encore dépecée. Vous imaginez bien que tous ces organes aboutiraient en Israël et en Europe Occidentale qui s’en montreraient bien friandes. On sait pertinemment que les Palestiniens se sont vus proposer l’amputation rénale pour une coquette somme leur permettant de maintenir toute leur maisonnée en vie pendant un an au moins. Bref les guerres instrumentalisées par l’Occident ont énormément profité à la charcuterie médicale du trafic d’organes. Cela rapportait beaucoup plus que le trafic des animaux exotiques, par exemple.


La France ne s’en trouverait pas épargnée. Il y a 2 ans, le Conseil de l’Europe a écouté le rapport présenté par Dick Marty, un homme politique suisse chargé au nom du Conseil de l’Europe d’enquêter sur la vente d’organes humains au Kosovo où on les enlevait à des personnes étant non seulement parfaitement saines mais en plus conscientes et non-anesthésiées au moment où on les découpait en morceaux!!! De quoi faire rêver Hitler qui, somme toute, fait lui aussi partie de l’histoire européenne. Et n’allez pas me raconter les histoires sur Staline qui, lui, n’a jamais légalisé ce genre de manège à la différence des nazis. Les Slaves sont, comme on le voit, beaucoup moins sanguinaires et très souvent victimes du cannibalisme politique ouest-européen. L’hypocrisie des droits de l’homme ne fait que grossir la note qui s’avère déjà salée pour les coupables. Enfin, le Conseil de l’Europe a voulu concocter une Convention sur l’interdiction du trafic illicite des organes humains. Mais le document est presque caduc, car j’imagine mal que jusqu’à ce jour il était autorisé par les us et coutumes occidentales de dépecer les Serbes du Kosovo ou les Palestiniens du Gaza pour ensuite commercialiser leurs… débris en France et en Allemagne...


Mais pour être honnêtes, nous avons demandé à Slobodan Despot, propriétaire de la maison d’éditions suisse Xénia se trouvant à Genève de donner ses commentaires sur le projet de Convention du Conseil de l’Europe.


LVdlR. Que pensez-vous de la Convention concoctée par le Conseil de l’Europe sur le trafic des organes ?


Slobodan Despot
. Evidemment c’est une bonne chose que d’interdire le trafic des organes humains. C’est un peu défoncer les portes ouvertes. Maintenant si cette Convention a un effet sur la réalité, sur le trafic tel qu’il se fait, et les rése aux impliqués, c’est une bonne chose. Mais je vous rappelle que le Conseil de l’Europe a reçu un rapport sur ce dossier. Et ce rapport présenté par Dick Marty met en cause les gens qui sont dans les structures du pouvoir au Kosovo ainsi que le relais du trafic qu’ils font hors du Kosovo. L’un de ses relais notamment s’est fait arrêter l’année dernière en Israël. Et l’Europe n’a absolument rien fait à ce jour pour mettre fin à ce trafic. C’est-à-dire que le rapport au Conseil de l’Europe présenté par Dick Marty est resté sans aucune suite. La seule suite a été incarnée par les ennuis qu’avait eus Dick Marty lui-même. Faire des Conventions sans créer des éléments pour agir, cela veut dire que l’on travaille dans le vide. Si cette Convention était suivie par les arrestations au Kosovo et surtout parmi les gens qui sont au pouvoir, ce serait quelque chose de valable !


LVdlR. Existe-t-il un moyen de mettre fin à ce trafic ?


Slobodan Despot
. Je crois que c’est très simple : on dispose d’une enquête… On dispose des preuves… On dispose du lieu. En plus vous n’êtes pas sans savoir que le Ministère public serbe a recueilli un témoignage direct d’un des participants au trafic d’organes. Il est placé sous protection de la police serbe actuellement. Il suffirait pour le Conseil de l’Europe de diligenter une enquête européenne et non pas locale pour savoir ce qu’il en est et prendre des sanctions. Mais je doute très fort que quelqu’un ait vraiment envie de mettre fin à ce trafic.


LVdlR. En Syrie, les gens ont peur de sortir dans la rue à cause des chasseurs d’organes. Et en Serbie ?


Slobodan Despot. Bien sûr ! Les Serbes du Kosovo sont sous la menace permanente. C’est celle de se faire enlever pour le trafic d’organes ou tout simplement de se faire tuer dans la rue. C’est une région où la minorité est dans une situation totalement précaire et la preuve de la mauvaise volonté de l’Europe Occidentale l’UE ci-incluse, qu’ils ont reconnu cet Etat qui ne remplit pas les conditions élémentaires du respect des droits humains ! Si les gens se font pourchasser dans la rue, si les églises sont brûlées au Kosovo, et que personne ne réagit, pourquoi réagirait-on contre le trafic d’organes ?


LVdlR. La police suisse aurait-elle déjà découvert les traces du trafic d’organes en Suisse ?


Slobodan Despot.
A ma connaissance, il n’y en a pas ! Mais je serais très curieux de poser la question. »


Commentaires de l’Auteur.
Nous sommes reconnaissants à Slobodan d’avoir éclairé notre lanterne sur la réserve de chair fraîche se trouvant au Kosovo et représentant une véritable chasse gardée pour les cliniques occidentales. Il ne faut que se servir ! Vous avez besoin d’un organe ? Vous n’aurez pas à voyager loin. Tout se trouve à vos portes et ceci est très important, car l’organe doit être enlevé à une personne se trouvant encore en vie. Chaque heure compte, vous pensez-bien ! Et en plus il faut honorer la commande. Alors la Convention est et restera lettre morte. Place aux dépeceurs !


Alexandre Artamonov 

 http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/253118259/

9 commentaires:

Anatole Patachon a dit…

En Chine, les chasseurs d'organes agissent dans les boites de nuits des grandes villes. La victime se réveille (très mal) le lendemain dans une chambre d'hôtel, avec un morceau en moins.
Le marché de la bouffe n'est pas en reste: Les autorités n'ont pas pu repêcher toutes les carcasses de porcs en putréfaction trouvées un jour dérivant dans le Yang-Tsé: ils ont eu beaucoup de concurrence, car ces somptueuses pièces de viande une fois piquées au formol pouvaient s'écouler sans trop de difficultés dans des conserves de viande. Eh puis, qui nous dit qu'une centrale d'achat Européenne ne s'en est pas portée acquéreur sans le savoir, pour une marque de Raviolis ou de Merguez spécial BBQ ?

Anonyme a dit…

Les prédateurs agissent, sur tous les fronts !
on devra , bientot sortir en scaphandre, pour ne pas étre dépecé ! maintenant qu'on a plus le pognon, restent les organes ;

Zangao a dit…

Pour echapper aux predateurs il suffirait de ne plus se prendre pour des gnous ....

Anonyme a dit…

Ceux qui acceptent de recevoir des organes des autres, sont responsables de ce massacre satanique. La médecine occidentale est devenue satanique, c'est un milieu de sorcier et de sorcière, ils ont les mains pleines de sang et ils ne se rendent pas compte de leurs actes maléfiques car ils sont devenus NOIRS à l'intérieur de leur coeur, rien que d'y penser j'en vomis. Je voudrais demander la justice à DIEU Jésus-Christ car ce monde est fou et écoeurant.....emc

Anonyme a dit…

La méchanceté est entrain d'atteindre son comble pire qu'au temps de Noé, et on sait c'qui s'est passé? L'heure du jugement approche!

valerie a dit…

Le premier president noir des Etats-Unis soutient le traffic d organes =

America's First Black President's Support for Human Trafficking

Read more: http://freedomoutpost.com/2013/11/americas-first-black-presidents-support-human-trafficking/#ixzz2lr6fwCvm
Read more at http://freedomoutpost.com/2013/11/americas-first-black-presidents-support-human-trafficking/#IRH6ytP3BdSRaJLx.99

Brebis Gall a dit…

Pourquoi ce baratin sur Hitler ? La famille qui a fait le plus de mal au monde est juive : les Rothschild !

Galérien a dit…

Dans le temps on pouvait manger les "abats" d'animaux, foie, coeur, donné souvent aux malades pour les remettre sur pied, vu leurs vertu.
Il a été, par la suite déconseillé de manger ces abats, vu tout ce qu'on injectait au animaux plus leur alimentation non adaptée.
Maintenant, on greffe ces mêmes organes aux humains. Lol, cela vaut bien les ogm

Anonyme a dit…

Bonsoir à tous,
un lien un peu hors-sujet, mais pas complétement :
http://lijaf.wordpress.com/2008/01/01/arche-de-zoe-un-depute-tchadien-ecrit-a-sarkozy/
Florence

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.