mardi 12 novembre 2013

L'homme, combien de kWh ?




Le pape, combien de divisions ? Tout le monde connaît cette célèbre boutade de Staline, qui soulignait que la force brute a toujours le dernier mot dans l'évolution du monde. Quand, en apparence, nous sommes capables d'y résister, c'est tout simplement que nous avons réussi à mobiliser à notre profit une force brute encore supérieure.

Dans une autre vie, où il aurait été physicien et non dictateur, le même moustachu aurait pu demander : l'homme, combien de kWh ? Cette question est aussi déterminante pour l'économie que les chars pour la guerre : les kWh mesurent l'aptitude à créer des flux physiques, sur lesquels repose l'ensemble de nos activités productives, services compris.

La réponse en surprendra plus d'un(e) : si je réalise une ascension de 2.000 mètres de dénivelée (les connaisseurs apprécieront), mes jambes fourniront tout juste… 0,5 kWh d'énergie mécanique. A raison d'une ascension de plus de 1.000 mètres de dénivelé chaque jour, notre propre corps plafonne à 100 kWh d'énergie mécanique par an, soit 600 fois moins que l'énergie - pétrole, gaz, charbon, uranium, bois et chutes d'eau - que chaque Français mobilise à son profit en une année à travers les innombrables machines qui nous servent dans l'industrie, les transports, et les bâtiments.

Dit autrement, la capacité de transformation du monde dont nous disposons désormais provient pour moins de 0,2 % de la force de nos bras et jambes, et pour le reste de celle des machines qui utilisent les « sources d'énergie » que Dame Nature a mises à notre disposition, et dont il faut rappeler que l'existence sur Terre est toujours gratuite (pour le pétrole comme pour le vent), seul le travail de prélèvement correspondant a un coût.

Si la convention comptable reflétait ce qui compte vraiment quand il s'agit de « produire », c'est-à-dire de sortir du minerai, de fondre du verre, d'assembler des pièces, de transporter des passagers ou des colis, ou même de transmettre des informations à la vitesse de la lumière, alors l'énergie devrait coûter 500 fois plus cher que les salaires - en moyenne - dans les comptes d'exploitation de nos entreprises. Nul doute, alors, que nous comprendrions de quoi nous dépendons vraiment !

Jean-Marc Jancovici

Jean-Marc Jancovici est associé de Carbone 4 et président de The Shift Project.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203112420934-l-homme-combien-de-kwh-628140.php?xtor=RSS-2270

Vu sur :
http://www.wendy-leblog.com/

6 commentaires:

Skeptikos Evlavis a dit…

C'est l'expert qui faisait un discours sur la disparition de la croissance due à la raréfaction du pétrole, dans une commission parlementaire française dont tu avais publié la vidéo il y a longtemps ? Cette vidéo était frappante.

gnoméo de la tribu a dit…

http://www.dailymotion.com/video/xyllhh_black-mirror-15-million-merits_shortfilms

Anonyme a dit…

Pixelle91
Je vous engage à retrouver l'excellente intervention de monsieur JANCOVICI au sénat ici :
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html

osmont norbert a dit…

@ Pixelle91 merci bcp pour la video : un vrai régal ; un soleil majestueux
qui eclaire le brouillard fantasque de l'ignorance des nos contemporains

l'ingenieur du privé qui fait l'exposé :un condotiere de precision et
de clarté ,maigre et rapide
les participants de la comission d'enquête :des fonctionaires ventripotents
et hébétés par la densité et la rapidité de l'exposé .
si tu en a d'autres comme cela n'hésite pas cela résume une
encyclopedie de prospective.
"le dessous des cartes" comme emission se rapproche de
ce genre d'exhaustivité et je l'apprecie particulierement

Anonyme a dit…

Stoïmost
Pixelle91nous a conseillé une vidéo vraiment intéressante, j'ai pris des notes sur la première moitié :

L’unité monétaire : le temps que je dois travailler pour son acquisition
Le prix en monnaie courante et même en monnaie constante est trompeur
Le prix réel a été divisé par 50 à 100 en un siècle, c’est l’augmentation du pouvoir d’achat.
L’énergie coute aujourd’hui moins chère qu’avant le premier choc pétrolier
L’énergie vaut de moins en moins chère
Il y a confusion entre les notions d’énergie et d’électricité
Le nucléaire sert à éviter du gaz et du charbon, pas du pétrole
Ce n’est pas le chauffage qui est à l’origine de la consommation électrique des bâtiments.
Les outils de pilotage de la situation macroéconomique sont totalement trompeurs
L’économie est plus sensible aujourd’hui à la quantité de pétrole accessible
C’est la chute du pétrole qui entraine la chute du PIB
Le PIB n’est pas juste un effet inflationniste de la hausse du pétrole
Gaz de roche mère = gaz de schiste ( à 41 )
En France il n’y a peut être pas de gaz de schiste
Si il y en a il faut faire un puits tout les km
Gaz de schiste différent de gaz non conventionnel
Gaz de schiste différent de schiste

Anonyme a dit…

@ Pixel 91
Merci bcp pour cette vidéo très instructive et sans langue de bois. Un bémol cependant au brillant exposé pronucléaire de M Jancovici, c'est qu'il ne parle pas du démantellement des centrales nuclaires en fin de vie, ni d'un point de vu technique, ni d'un point de vu financier. C'est quand même un point crucial dans une prospective long terme qu'est celle de son intervention.
Socoa

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.