lundi 17 novembre 2014

Pour Jean-Luc Mélenchon, le dernier "Assassin’s Creed" est un jeu d'extréme droite



Pour rappel (et à l’attention de mes quelques lecteurs qui ne se tiennent pas trop au courant de l’actualité des jeux vidéos), Assassin’s Creed est une franchise du français Ubisoft (franco-canadien, puisque c’est en l’occurrence produit dans les studios montréalais), qui en est maintenant à son cinquième principal opus (la liste complète comprend des douzaines de titres), qui relate les aventures d’une série d’assassins opposés aux Templiers à travers les époques (depuis les croisades jusqu’aux pirates des Caraïbes) et différentes localisations (Moyen-Orient, Amérique, …). Le dernier chapitre paru il y a quelques jours est campé dans une France en proie aux troubles de la Révolution et à son basculement dans la Terreur.


Et c’est ce cadre révolutionnaire qui aura déclenché l’opération marketing habile de la part d’un Jean-Luc Mélenchon remonté comme un coucou qui n’avait plus fait parler de lui depuis trop longtemps dans les médias et qui aura donc choisi l’angle improbable d’un long couinement contre le jeu pour exprimer son agacement face à ce qu’il appelle de la propagande. Pour notre brave Jean-Luc, le jeu auquel il fait donc une publicité assez retentissante, est, je cite :

« … de la propagande contre le peuple. Le peuple, c’est des barbares, des sauvages sanguinaires. Et celui qui est notre libérateur à un moment de la Révolution, Robespierre, est présenté comme un monstre. On dénigre pour dénigrer ce qui nous rassemble, nous les Français. C’est une relecture de l’histoire en faveur des perdants et pour discréditer la République une et indivisible »

J’avoue que le coup de Robespierre, présenté comme libérateur au moment de la Révolution, on ne me l’avait pas fait. Oh, l’antienne habituelle du « personnage controversé », de l’être pétri de bons sentiments, incorruptible, et si délicatement favorable à la justice sociale, ça, oui. Mais en général, on admet sans grands problèmes que la figure de proue des Jacobins n’était pas spécialement un tendre, et que la période de la Terreur, si elle ne doit pas tout à cette figure de la Révolution française, n’y est pas complètement étrangère. 

En tout cas, ce personnage pour le moins complexe et controversé, considéré par de nombreux historiens comme le principal théoricien de la Terreur, participa à l’instauration d’un gouvernement révolutionnaire fondé à la fois sur les principes de vertu et de terreur, selon ses propres termes. Difficile, dès lors, de le considérer comme un Libérateur, surtout lorsqu’on voit le bilan franchement sanglant de la Révolution et de la Terreur qui la suivit.

Mais voilà : le jeu d’Ubisoft, dont la Révolution française n’est essentiellement qu’une toile de fond, présente Robespierre comme un tyran sanguinaire, ce qui est probablement caricatural, mais qui ne mérite certainement pas, en tant que jeu, les petites saillies courroucées du leader collectiviste, qui estime que ce jeu « donne une image de la haine de la Révolution, la haine du peuple, la haine de la République qui parcourt les milieux d’extrême droite. »

Oui, vous avez bien lu : les vilains qui ont produit ce jeu distillent les mêmes idées que les milieux d’estrême-drouate, et chacun sait qu’une telle propagande, laissée dans les mains de jeunes à l’esprit malléable, c’est courir le risque de créer des factions entières d’anti-républicains farouches.

Bien sûr, comme le fait judicieusement remarquer Philippe Fabry dans un article de Contrepoints paru à ce sujet, Mélenchon, en sortant ainsi ses petites aigreurs au sujet du jeu, montre surtout qu’il est un vieux ringard réactionnaire, qui prend le pari assez étrange de se mettre les joueurs à dos en s’accrochant à une sorte de lubie révolutionnaire, baignée d’égalitarisme rousseauiste, dont on se demande ce qu’elle vient faire exactement au vingt-et-unième siècle, et le tout pour protéger la mémoire d’un personnage qui n’a pourtant pas hésité à déclarer, en son temps :


« Et, afin qu’il ne reste aucun doute sur mon système, je déclare qu’il faut non seulement exterminer les rebelles de la Vendée, mais encore tout ce que la France renferme de rebelles contre l’humanité et contre le peuple. »

Bref, le syndrome du vieux dépassé a encore frappé. Ce syndrome, méconnu mais fort présent en France, ossifie de façon rapide et sans retour possible certaines personnes dont les discours deviennent vite remplis de poncifs ridicules et de vues qui sont au conservatisme ce que la superglue est à la colle blanche des écoliers, c’est-à-dire une version si puissante de l’aversion à la nouveauté et au changement qu’une fois en place, il devient impossible de s’en dépatouiller sans s’arracher des bouts. On se souvient par exemple de l’avalanche de facepalms qu’avait pu déclencher une Claire Gallois pas du tout en forme lorsqu’elle s’était mise à analyser l’impact des jeux vidéos sur les tueries diverses et variées.

Ici, le vieux collectiviste et Alexis Corbière, son copain officiellement communiste (oui, il ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît), tombent dans le même panneau que d’autres avant eux en croyant voir de l’abhominhable propagande là où il y a surtout quelques évidences, une toile de fond et, surtout, avant tout, un jeu vidéo. En fait, cela fait des années que les jeux vidéos sont parés de mille et un vices, et dans cette course à la dénonciation des méchantes conséquences vidéoludiques, ce sont toujours un peu les mêmes profils qui s’érigent en père la morale et en détenteurs de la vérité. 

Lire l'article en entier sur :

http://h16free.com/2014/11/17/35165-des-jeux-videos-incomprehensibles-pour-les-vieux-leaders-collectivistes

12 commentaires:

tono tony a dit…


Discours typique d'une frère la truelle...en tant que maçon il défend ses symboles, donc il honore la mémoire du criminel contre l'humanité le franc_mac Robespierre...




Amaury Massalis a dit…

C'est indéniable, historique, la république est née dans un flot de sang, le califat est en bonne voie mais est encore loin de l'égalée : ne pas le reconnaitre est de l'aveuglement.
De plus cette série de jeux poursuit plusieurs objectifs : on dénigre toujours ce qui fait peur, ce qui représente un danger.

Thibault Erikson a dit…

En effet Tony, un franc maçon qui honore un franc maçon, d'ailleurs ne vous méprenez pas, tous les Danton et cie étaient des pions tout comme avec le cas russe en 1917 . La maçonnerie secrete à l'oeuvre. Et encore on ne remonte pas très loin

tono tony a dit…


Sieur Amaury ...je savais que tu allais réagir car ce jeu dénigre tes maitres à penser...les templiers...:)

Ensuite de la à comparer le coup d'état de 1789 fomenté par les franc-maçons aux mercenaires du daesh...je ne m'y risquerai pas à ta place de peur de passer pour un ouf une fois de plus...

Au passage de quel califa tu parles ? Celui que les sionistes t'ont mis en scène ?

Décidément tu ne comprends rien aux affaires de ce bas monde et d'un point de vue métaphysique encore moins...



Amaury Massalis a dit…

tono tony, la Vérité ne souffre pas la polémique.

tono tony a dit…

@ Amaury,

Mirroir magique, tout ce que tu dis reviens sur toi.

@ Thibault Erikson,

En effet il y'a l'histoire officielle , celle qui est écrite par les fran_mac et l'Histoire avec un grand H...

les cles du rocher les cles du rocher a dit…

Il y a vraiment quelque chose de très dérangeant dans vos commentaires et de plus en plus systémique.
Vous êtes sur un site qui relate des événements extra ordinaire, des réflexions sur notre réalité qui ne sont pas conventionnel, et ceux qui vous apportent des éléments important, qui frôle la folie mais une folie nécessaire à toute évolution demandant de dépasser des limites; ceux la vous les traiter de droger ou fou ou fanatique, bref, tous ce qui vous caractérise du point de vue de la majorité de la population.
Peut être pensez vous représenter une sorte d'équilibre entre les différent degrés de compréhension, mais au final vous n'êtes qu'un reflet de l'aveuglement que vous dénoncé.
Si un seul comprend, j'aurais fait mon taf, pour les autres désoler pour vous, il y a ceux qui connaissent le chemin et ceux qu'il 'arpente, continuer de remplir vos esprit de connaissances...

Walt Kovacs a dit…

Alors...
Mélenchon n'a pas tout à fait tort. Ne le diabolisez pas comme ça... Tout comme Robespierre.

Robespierre n'était pas un sain mais pas un démon non plus, il était un humain comme les autres si je puis dire. C'était un homme de son temps, il était reconnu pour ses convictions et ses objectifs. Je rappelle qu'il était démocrate, pacifiste, et faisait l'apologie de causes plus nobles que celles de son rôle pendant la Terreur.

Ce que Mélenchon ne comprend en revanche pas c'est que dans AC, s'opposent les Assassins et les Templiers (en gros, la gauche et la droite, en très gros oui). Il est clair que Robespierre aurait été un Templier, d'où ses manières fortes; la fin justifie les moyens (il a changé, il était pacifiste avant héhé)

Il a cependant raison pour le peuple, même si accuser le jeu d'extrême droite est absurde et totalement disproportionné (bien au contraire !!), quoique ce terme n'ait peut-être jamais été utilisé par Mélenchon.

Dans la bande-annonce, le peuple est futile, ce n'est pas un soulèvement populaire admirable tel qu'il a été, mais un agissement des assassins qui jettent les représentants de l'autorité en pâture au peuple, une bande de paysans rustres qui prennent un malin plaisir à trancher des têtes mais sans convictions.

Après, comme Mélenchon ne doit pas le savoir,la Révolution n'est qu'une toile de fond dans l'opus, c'est pour ça qu'il a été si virulent et indélicat dans ses propos.

On va donc dire qu'il n'y a pas lieu de critiquer aussi violemment un jeu qui est sûrement très fiable historiquement, même si le personnage de Robespierre est caricatural, trop mauvais. Il n'est ni blanc, ni noir. Comme tous.

Et que Mélenchon ne connaît pas le jeu, il ne sait pas de quoi il parle il peut donc la fermer maintenant que tout le monde s'est déchaîné sur lui.

Jéricho Kane a dit…

Un petit cours d'histoire :

http://youtu.be/pJhZdjmhclI

Amaury Massalis a dit…

Dire que les révolutionnaires n'étaient pas très cruels est tout à fait inexact, les différentes répressions et guerres civiles à Paris et en provinces (notamment en Vendée et Bretagne), feront entre 600 000 et 800 000 victimes. Si l'on compte les guerres Napoléonienne nous approchons en tout, suivant les sources, les 2 millions de morts. Sur les 27 millions de français de l'époque ça fait du monde : on approche les 10%.

7e644032-9bfc-11e3-a2fc-000bcdcb471e a dit…

Mélenchon en parle sur son blog, c'est assez intéressant et beaucoup plus clair que cet article, d’ailleurs il ne dénigre pas du tout le jeu-vidéo de manière général, bien au contraire! a vous de voir : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/11/17/le-lendemain-et-meme-ensuite/#article1

Rorschach a dit…

Non, c'est pas clair du tout, il ne fait que radoter et raconter sa vie, je m'inquiète pour ses facultés mentales ;)

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.