mardi 3 février 2015

Des francs-maçons libertins et politiques au coeur de l'affaire du Carlton



Si tous les médias traitent aujourd’hui l’affaire du Carlton, dans laquelle Dominique Strauss-Kahn avait été mis en examen pour « proxénétisme aggravé commis en bande organisée », on cherche en vain les médias qui rappelleront les accointances maçonniques de différents protagonistes, accointances mises en avant par les magistrats de la Cour d’appel de Douai le 19 décembre 2012 :


« Celle-ci [ndlr : la franc-maçonnerie] apparaît dès l’origine de la procédure être un des liens unissant plusieurs des protagonistes dont la plupart s’en sont d’ailleurs ouverts spontanément en le présentant comme un lien social parmi d’autres venant s’ajouter à celui de la police, de la politique ou du monde de l’entreprise. »

Dès la fin 2011, les trois juges d’instruction avaient dénoncé dans ce dossier les « réseaux francs-maçons, libertins et politiques ».

Parmi les personnes mises en examen, on retrouve :

René Kojfer, ex-chargé des relations publiques de l’hôtel Carlton et membre de la Loge Les Amis réunis du Grand Orient de France ;

– Francis Henrion, ancien directeur de l’hôtel et membre de la Loge Les Amis réunis du Grand Orient de France ;

Emmanuel Riglaire, avocat et membre de la Loge Les Amis réunis du Grand Orient de France ;

David Roquet, ex-cadre d’une entreprise de travaux publics et membre de la Loge Thémis de Cambrai, Grand Orient de France ;

Fabrice Paszkowski, patron d’une entreprise du secteur paramédical et membre de la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra ;

Jean-Christophe Lagarde, commissaire divisionnaire et membre de la Grande Loge de France.

Il y a aussi un « témoin assisté », Eric Vanlerberghe, retraité de la police reconverti en détective privé et domicilié au Carlton au moment des faits ! Lui-aussi est franc-maçon, membre de la Loge Thémis et ancien dignitaire du Grand Orient de France.

Il faut encore noter que lorsque Kofjer avait été mis en prison, l’aumônier israélite qui venait le visiter était également franc-maçon, membre de la GLDF. Et que, pour écrire ses « mémoires », il a fait appel à un membre de la Grande Loge Nationale Française.

http://www.medias-presse.info/affaire-dsk-carlton-et-franc-maconnerie/24656

1 commentaires:

Utopia a dit…

C est sans surprise, hélas...
Mais c est génial d avoir la confirmation! Merci Ror :)
Décidément tout est lié, c est un peu comme une grande toile d araignée... sauf qu'on ne la voit pas...

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.